Bras de fer sur l'avenir du Roundup en Europe

le
0
Action de l'association " RoundUp Non Merci " dans le supermarche Carrefour de Rosny 2 Manifestation et blocage symbolique des caisses, contre la vente du produit pesticide et desherbant RoundUp qui contient du glyphosate (nocif et polluant)
Action de l'association " RoundUp Non Merci " dans le supermarche Carrefour de Rosny 2 Manifestation et blocage symbolique des caisses, contre la vente du produit pesticide et desherbant RoundUp qui contient du glyphosate (nocif et polluant)

La Commission européenne voulait faire voter, les lundi 7 et mardi 8 mars, un renouvellement de l’autorisation du glyphosate pour quinze ans. Mais la polémique pourrait entraîner un report de la décision.

Votera, votera pas ? La Commission européenne espérait expédier l’affaire sans fracas et faire adopter par les Etats membres, au cours de la réunion du « Comité permanent des végétaux, des animaux, des denrées alimentaires et de l’alimentation animale », prévue lundi 7 et mardi 8 mars, un renouvellement de l’autorisation du glyphosate, celle-ci expirant fin juin 2016 en Europe. Dans un projet de décision, dont Le Monde a obtenu copie, Bruxelles prévoyait une remise en selle de ce désherbant — principe actif du célèbre Roundup de Monsanto — jusqu’en 2031. Mais la semaine écoulée a vu la polémique s’intensifier sur la dangerosité de cette substance, la plus utilisée au monde, et contrarier les projets de Bruxelles. Au point que nul ne semble savoir si la réunion des 7 et 8 mars scellera, ou non, l’avenir de l’herbicide. « Ce qui est sûr, c’est qu’il y aura discussion sur le glyphosate [les 7 et 8 mars en comité], dit un porte-parole de l’exécutif européen. Mais nous ne sommes pas sûrs que le vote se tiendra. »

La Commission s’appuie sur l’avis de l’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA). Celle-ci, dans un avis rendu le 12 novembre, estime « improbable » que le glyphosate soit cancérogène pour l’homme. Quant aux demandes d’interdiction du produit, elles reposent sur un autre avis, diamétralement opposé, rendu en mars 2015 par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC) – l’agence de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) chargée d’étudier les cau...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant