Bras de fer entre syndicats de mineurs et compagnie chinoise au Canada

le
0

Commodesk - Le duel se poursuit entre les syndicats de mineurs canadiens et la société à capitaux chinois HD Mining, qui a recruté 201 mineurs en Chine pour les faire travailler dans une mine de charbon souterraine en Colombie Britannique.

A la demande du syndicat des Métallos, représentant les mineurs canadiens, un juge fédéral a enjoint le ministère des Ressources humaines et du Développement des compétences de produire les éléments du dossier, démontrant qu'aucun Canadien n'avait le profil adéquat pour occuper ces emplois. Mais le ministère dit manquer de moyens de contraindre l'employeur à présenter à la justice les dossiers de candidature des personnes embauchées.

L'entreprise chinoise affirme utiliser un procédé nouveau, la longue ligne, auquel les mineurs canadiens émargeant aux agences pour l'emploi n'ont pas été formés. La question a  suscité un débat dans le pays sur la qualité de la formation professionnelle.

Un des 20 mineurs chinois déjà arrivés sur le sol canadien a déposé une plainte, invoquant la violation de ses droits personnels par les syndicats. Il conteste l'allégation que les Chinois recrutés recevront des salaires et des avantages sociaux inférieurs aux normes en vigueur au Canada. La Commission canadienne des droits de la personne a jugé la plainte mal fondée, et l'a rejetée.

Le syndicat des Métallos a de son côté déposé une plainte concernant la sécurité, jugeant que les mineurs de HD Mining ne comprennent pas assez l'anglais pour défendre leurs droits, ou respecter les normes de santé et sécurité.

Les mineurs chinois recrutés participent à un Programme des travailleurs étrangers temporaires, destiné à combler les manques de main d'œuvre qualifiée au Canada.

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant