Bras de fer en vue à gauche sur la réforme du droit du travail

le , mis à jour à 17:11
2

«Ce ne sera pas une affaire de quelques frondeurs face au gouvernement, il y aura sur ce projet de loi des débats extrêmement intenses», prévient Benoît Hamon. La réforme du droit du Travail, portée par la ministre Myriam El Khomri, et dont «Le Parisien» - «Aujourd'hui en France» a dévoilé les mesures phares dans son édition de mercredi, qui sera présentée en Conseil des ministres le 9 mars, provoque déjà des crispations au sein de la majorité. Et pas seulement dans les rangs de l'aile gauche!

>> EN SAVOIR PLUS. Ce que contient le texte

Même le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis, ne cache pas ses réticences. «Dans l'état j'aurais du mal à le voter», a-t-il lâché ce jeudi matin sur BFM TV. Il a été rejoint sur son constat, dans le courant de la journée, par le député socialiste Sébastien Denaja, qui n'est pourtant pas un frondeur...

«Je demande qu'on l'améliore, qu'on l'équilibre», insiste Cambadélis. Ce qui déplaît au patron des socialistes, dans la mouture transmise au Conseil d'Etat ? «Ce texte là, pour l'instant, ne montre pas son équilibre entre une flexibilité et une sécurité, estime Cambadélis. On ne peut pas flexibiliser le droit du travail s'il n'y a pas la sécurité.» La partie concernant le licenciement économique fait tout particulièrement tiquer le premier secrétaire, qui déplore aussi que le compte personnel d'activité ne soit «pas à sa place dans ce texte».

«François Hollande creuse sa tombe»

La brèche ouverte concernant les 35 heures, point pourtant explosif, ne lui pose en revanche pas de problème. Ce qui n'est pas le cas pour Benoît Hamon. «Un mauvais calcul économique qui ne réduira pas le chômage et qui est injuste socialement», tance l'ex-ministre et frondeur, selon qui, avec cette loi, «demain nous verrons la durée réelle hebdomadaire de travail augmenter». Hamon n'est pas non plus favorable à la «baisse du tarif des heures ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • rodde12 il y a 11 mois

    Une loi révolutionnaire à remettre en usage : la loi LE CHATELIER. c'était pour lutter contre les monopoles. La caste noble aidée par les religieux du politiquement correct vivent sur et de la misère. Ca ira, A la lanterne.

  • frk987 il y a 11 mois

    La gauche parlant du travail, c'est de l'humour au second degré, pas un élu PS n'a JAMAIS travaillé, aucun ne connaît une entreprise et ce sont ces gens là qui vont parler du travail....Dans le délire on ne pouvait rêver mieux.Le père UBU était vraiment un enfant de chœur dans l'absurde.