Braqué à Paris, le fils du roi Fahd d'Arabie saoudite file à Ibiza

le
3
L'attaque du convoi saoudien a eu lieu au niveau de la porte de la Chapelle, à Paris.
L'attaque du convoi saoudien a eu lieu au niveau de la porte de la Chapelle, à Paris.

Après 45 jours en résidence à l'hôtel George-V, Son Altesse Royale Abdul Aziz Bin Fahd, 41 ans, un des fils du roi Fahd mort en 2005, a pris l'avion depuis l'aéroport du Bourget pour se rendre à Ibiza dès dimanche soir, selon une source diplomatique confirmée par la police. Selon des témoins oculaires, le prince saoudien, connu pour ses frasques et à la réputation de play-boy, n'a montré aucun signe particulier malgré sa mésaventure : des braqueurs armés se sont emparés dimanche soir de 250 000 euros dans un des véhicules qui composaient son convoi à destination de l'aéroport. Les voleurs étaient particulièrement bien renseignés : toute la journée, la cinquantaine de personnes qui accompagnent le prince ont rejoint Le Bourget sans problème - pour certaines au volant du même type de véhicule que celui qui a été visé par les braqueurs le soir. "250 000 euros après un mois et demi passé dans ce palace des Champs-Élysées, ça doit représenter à peine le tarif d'une semaine pour lui et sa grande famille", ironise une source aéroportuaire. Celle-ci précise qu'un voyageur entrant en France avec plus de 4 700 euros en liquide doit faire une déclaration préalable aux douanes sous peine d'amende. Mais le premier aéroport d'affaires en Europe est connu pour son manque de rigueur en matière de contrôle, à l'exception de celui opéré par les douaniers. Dimanche, vers 20 h 55, à hauteur de la porte de la Chapelle, en direction de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • LeRaleur le mardi 19 aout 2014 à 14:05

    Son fils, parmi les trop nombreux.

  • M6445098 le mardi 19 aout 2014 à 12:08

    entièrement d'accord avec vous DOTCOM1. et on ne parle pas de tous les français rackettés par le fisc qui quittent notre territoire pour d'autres cieux plus cléments. on n'a moins de considérations pour ces gens là que pour les émirs qui bâtissent leur fortune sur l'exploitation humaine et financent les djihadistes...

  • dotcom1 le mardi 19 aout 2014 à 12:00

    Chaque année, 200 créateurs d'emplois se font braquer par le fisc et quittent le pays sans faire autant de buzz. Combien d'articles en parlent?