Braquage de la rue de la Paix : un mode opératoire bien précis

le
0
La boutique braquée vendredi dernier à Paris.
La boutique braquée vendredi dernier à Paris.

Vendredi dernier, ils se sont d'abord présentés à deux à la porte de la boutique de l'horloger de luxe Vacheron-Constantin, rue de la Paix, à côté de la place Vendôme. Rassurés par leurs élégantes tenues, les employés leur ont ouvert le sas et, dans la foulée, une volée de moineaux délinquants s'est soudainement abattue sur les vitrines débordant de montres de luxe. Massettes et haches à la main, la dizaine de jeunes gaillards a méthodiquement oeuvré tandis que, dehors, un trio surveillait les alentours. Quelques minutes plus tard, le commando quittait les lieux avec une vingtaine de montres - pour au moins un million d'euros - et couvrait sa fuite en enfumant la rue avec des gaz lacrymogènes. Mais dans leur fuite à pied, deux de ses membres ont été interpellés. Vasile, 17 ans, se prétendant moldave, et son camarade Alexandru, 24 ans, roumain.

Un phénomène apparu en mars 2012 en AngleterreDes jeunes hommes à visage découvert qui s'"arrachent" en transport en commun, des empreintes laissées de-ci de-là... La méthode est certes moins "propre" que celle des célèbres Pink Panthers, ces braqueurs d'ex-Yougoslavie qui frappent armes au poing les bijouteries sur tous les continents, mais elle n'en est pas moins professionnelle. À l'image de leurs collègues serbes et monténégrins, ces jeunes voleurs roumains agissent sur commande, pilotés par un noyau dur de truands plus madrés qui recrute, au gré des coups et des besoins, de petites...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant