Brahimi, le Rouge et le Noir

le
0
Brahimi, le Rouge et le Noir
Brahimi, le Rouge et le Noir

Remarquable lors de la Coupe du monde au Brésil, Yacine Brahimi, qui faisait des étincelles à Grenade, a déclenché un véritable incendie au FC Porto cette saison. Pourtant, avant d'aller flamber en Liga, puis en Liga Sagres, l'Algérien avait fait l'effet d'un pétard mouillé au Stade rennais.

39 matchs de Ligue 1, six buts. C'est peu dire que le bilan de Yacine Brahimi avec le Stade rennais ne fait pas rêver. Pourtant, c'est évident, l'ancien pensionnaire de l'INF Clairefontaine respire le football. À bien y regarder, sa carrière ressemble bien au cycle de vie d'un papillon. Car si Yacine s'est métamorphosé avec Grenade, puis à Porto, il était très clairement dans sa phase chrysalide à Rennes. Pourtant, il avait, dès le plus jeune âge, des arguments pour plaire aux plus grands et aux plus ambitieux. Au final, Yacine a choisi d'aller peaufiner sa formation sur la route de Lorient, l'air vivifiant de la Bretagne l'attirant plus que les sirènes des grosses écuries. Un joyau mal travaillé par des orfèvres trop protecteurs ? Une jeune pousse trop sûre de son talent qui a grandi dans un terreau d'impatience ? Si aucune de ces raisons, une fois isolées, ne peut pleinement expliquer son relatif échec à Rennes, elles peuvent, combinées, fournir un début d'explication.
Des promesses plein les pieds
À 15 ans seulement, Brahimi a tout pour plaire. Ou presque. Ancien directeur du centre de formation du Stade rennais, Patrick Rampillon, se souvient avoir fait des pieds et des mains pour les pieds de Yacine. "Moi quand je l'ai fait signer de l'INF, ça faisait deux ans que je me battais pour qu'il vienne chez nous. À l'époque c'était dur de le faire venir, beaucoup de clubs, dont le PSG et des clubs étrangers, nous faisaient concurrence", confie-t-il. Avec un flair certain, cet homme avait compris que Yacine deviendrait un grand. "Moi, ma démarche, c'est de me demander ce qu'un joueur repéré à 12/13 ans peut faire à 20 ans en Ligue 1. Je me base sur trois qualités : la technique, l'intelligence et la fiabilité. La technique, il l'avait. Et on voyait à 13 ans qu'il était d'une intelligence rare. La fiabilité se comprend sur et en dehors du terrain. À l'époque, on lui demandait de s'intégrer d'avantage dans le projet de l'équipe." Alors, quand il arrive à Rennes, en 2006, tout le monde se réjouit. Si Yacine est bichonné, il fera les beaux jours du club. "On ne forme pas Brahimi, on l'accompagne" claque Patrick Rampillon, avec un certain sens de la formule. Une fois son premier contrat professionnel signé, Yacine est prêté une saison à Clermont, en Ligue 2, en 2009-2010.

Là-bas, il dispute 32 matchs et inscrit 8 buts. De quoi lui offrir une…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant