Brahimi a su saisir sa chance

le
0
Brahimi a su saisir sa chance
Brahimi a su saisir sa chance

Yacine Brahimi a visiblement bien digéré la déception du premier match face à la Belgique, où il avait été laissé sur le banc de touche. Face à la Corée du Sud, le milieu de terrain de Grenade a été impressionnant d'efficacité. Toujours dans le bon tempo, l'ancien Rennais a amené ce qui avait manqué aux Fennecs face aux Diables Rouges : vivacité, provocation et finition. Et la recette a fonctionné. Il faut bien avouer que sa non-titularisation contre la Belgique en avait surpris plus d'un. Notamment après sa prestation accomplie face à l'Arménie en match de préparation. Mais pour le début du Mondial, il semble que Brahimi n'était pas une priorité aux yeux de Vahid Halilhodzic. Le sélectionneur bosnien a changé d'avis. Et son coaching a été payant. Car outre Brahimi, Mandi, Mesbah, Brahimi, Djabou et Slimani ont tous été titularisés par « coach Vahid ». Et ils ont tout chamboulé. Trois des cinq entrants ont inscrit un but. Niveau efficacité, difficile de faire mieux.

La métamorphose du jeu de l'Algérie

Témoin du changement radical des Fennecs : les tirs au but. Face à la Belgique, le pénalty transformé par Sofiane Feghouli avait été le seul tir cadré de l'Algérie. Contre la Corée du Sud, les hommes de Vahid Halilhodzic ont frappé quinze fois pour huit tirs cadrés. Critiquée pour son jeu défensif face aux Diables Rouges, l'Algérie a choisi d'aller de l'avant. Avec une envie flagrante : jouer l'offensive avec d'habiles manieurs de ballon comme Feghouli, Djabou et Brahimi. Ce dernier a sans cesse tenté de provoquer balle au pied et son centre de gravité, très bas, a constamment gêné les Sud-Coréens, qui ne sont pourtant pas les derniers pour défendre. Ce lundi, l'ancien du Stade Rennais est salué par la presse de son pays. « Il a tout simplement métamorphosé le jeu de l'équipe algérienne qui a retrouvé son punch lors de ce match, explique un journaliste du Quotidien d'Oran. Brahimi a été très précieux dans la conservation de la balle par son sens du dribble et sa virtuosité. Il a été l'auteur du quatrième but qui tua le match. » Un but à l'image de sa prestation, plein d'intelligence.

Une finale face à la Russie

L'intéressé n'a en tout cas jamais douté de ses capacités. « Je ne ressens pas une grosse pression, avait-il déclaré au quotidien El Watan après le match contre la Belgique. Mentalement et psychologiquement, je suis prêt à répondre à un signe de l'entraîneur. La pression fait partie du quotidien du footballeur. Elle est nécessaire pour se surpasser et il faudra le faire contre l'équipe russe. » Mission accomplie pour Yacine Brahimi qui a gagné sa place de titulaire pour le match décisif face à la Russie le 26 juin à Curitiba. Là encore, ses qualités de perforateur seront indispensables pour que l'aventure continue pour les Fennecs. Dimanche soir, c'est plus de 40 millions d'Algériens qui ont hurlé de joie lors de son but. A coup sûr, Yacine Brahimi aimerait bien entendre une nouvelle fois la clameur de son peuple résonner jusqu'au Brésil.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant