Bpifrance dit avoir tout tenté pour sauver les Atelières

le
0
BPIFRANCE DIT AVOIR TOUT TENTÉ POUR SAUVER LES ATELIÈRES
BPIFRANCE DIT AVOIR TOUT TENTÉ POUR SAUVER LES ATELIÈRES

PARIS (Reuters) - Bpifrance a tout tenté pour sauver les Atelières, un fabricant de lingerie haut de gamme "Made in France" lancé il y a un an par d'anciennes ouvrières de Lejaby qui demandera vendredi sa mise en liquidation, a déclaré mardi son porte-parole.

Antoine Boulay réagissait aux propos tenus lundi par Muriel Pernin, la présidente-fondatrice de la société coopérative d'intérêt collectif installée à Villeurbanne, qui a accusé la Banque publique d'investissement de ne pas l'avoir soutenue.

Elle affirmait également que Bpifrance n'appuyait que des activités innovantes sur le plan technique alors que les Atelières font plutôt preuve d'innovation sur l'organisation, tentant de mettre au point un mode de production à mi-chemin entre la chaîne et l'artisanat.

"Les dispositifs d'innovation en partie portés par la banque publique d'investissement sont centrés sur la robotisation. Dans notre pays, les personnes valent donc moins que les robots", avait dit Muriel Pernin, qui doit demander vendredi la mise en liquidation de la société, avec la perte de 30 emplois.

Antoine Boulay a démenti mardi ces accusations.

"Depuis la création de la société, en janvier 2014, nous n?avons cessé de recommander à la dirigeante de ne pas utiliser ses fonds propres pour assurer son fonctionnement mais au contraire de s?endetter à moyen terme", a-t-il dit.

Il explique que Bpifrance a proposé, en alliance avec la banque actuelle des Atelières, de s'endetter à hauteur de 200.000 euros, soit trois mois de fonctionnement, "le temps d?une part de relancer ses ventes, d?autre part de travailler sur ses coûts et, enfin, de renforcer ses fonds propres".

BPIFRANCE MOBILISÉE POUR AIDER LES EX-LEJABY

"La dirigeante a décliné cette offre, nous indiquant préférer travailler sur la perspective d?un renforcement de ses fonds propres et d?un prêt de revitalisation", ajoute-t-il.

Il rappelle en outre que son institution a fait un effort "considérable" en acceptant de financer une entreprise en perte de 500.000 euros pour un chiffre d'affaires de 400.000 euros.

En outre, Bpifrance finance des innovations non technologiques, contrairement à ce qu'affirme Muriel Pernin, mais aucune demande de financement n'est venue de la part des Atelières, explique le porte-parole.

Bpifrance, a-t-il conclu, est mobilisée pour aider toutes les entités issues de Lejaby. Le site d?Yssingeaux, dans la Loire, "vit un rebond exceptionnel après s?être reconverti au travail du cuir pour les plus grands noms de la maroquinerie et de la sellerie française", et la Maison Lejaby, dirigée par Alain Prost, "a fait la fashion week à Paris cette semaine".

Les marques françaises de lingerie, contraintes de faire fabriquer leurs produits à l'étranger, avaient accueilli il y a un an avec enthousiasme l'ouverture des Atelières avec la volonté de lui confier leur production haut de gamme.

La marque française de lingerie Lejaby poursuit son redressement avec une croissance à deux chiffres réalisée essentiellement à l'export sur le marché russe.

(Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant