«BPCE ne doit plus un euro à l'État»

le
0
INTERVIEW - François Pérol, le président du directoire du groupe bancaire, détaille ses projets à l'horizon 2013.

Des bénéfices de 3,6 milliards d'euros en 2010 pour le groupe, un premier dividende versé par sa filiale Natixis -d'ailleurs entrée au CAC 40-, le groupe BPCE va mieux, et peut envisager à nouveau des projets de croissance.

LE FIGARO - Deux ans après votre arrivée à la tête de BPCE, considérez-vous que le groupe est sur les rails, à l'instar des autres banques du secteur en France?

François PÉROL. - Les faits sont là. Après deux années 2008 et 2009 très difficiles du fait de la crise, mais pas seulement, le groupe est bénéficiaire dans tous ses métiers. Il a dégagé 3,6 milliards d'euros de bénéfices. Sa grande filiale Natixis est profitable, et elle pourra distribuer un dividende au titre de l'année 2010. Enfin, BPCE ne doit plus un euro à l'État: nous l'avons intégralement remboursé le 23 mars dernier de l'aide qu'il nous avait apportée.

Ce remboursement est très symbolique?

Oui pour deux raisons. D'abord parce qu'il nous permet d'écrire, p

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant