«BPCE n'est pas une banque casino»

le
0
INTERVIEW - François Pérol, le président du directoire du groupe mutualiste, affirme que celui-ci pourra renforcer sa solidité sans faire appel à l'État.

À l'occasion de la présentation de ses résultats du 3e trimestre, François Pérol, le président du directoire de BPCE, met en garde contre la surenchère des exigences de fonds propres faites aux banques en période de ralentissement économique.

LE FIGARO - Ces derniers mois ont été difficiles pour les banques. Comment s'est comporté le groupe BPCE, dont vous venez d'annoncer les résultats trimestriels ?

François PÉROL Nous sommes satisfaits de la dynamique dont ont fait preuve nos métiers stratégiques, dans un environnement effectivement difficile. Elle se traduit par une progression de 3,4% de nos revenus au troisième trimestre. La banque commerciale, notamment Banque populaire et Caisse d'épargne, mais aussi le Crédit foncier et Banque palatine, affichent une activité satisfaisante, tandis que Natixis a limité le recul de son produit net bancaire de ses métiers de c½ur à 9% sur le trimestre et qu'il est en légère hausse sur neuf mois. La progression

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant