BP publie des résultats plus faibles qu'attendu

le
0
BP PASSE UNE CHARGE DE DÉPRÉCIATION DE 5 MILLIARDS DE DOLLARS
BP PASSE UNE CHARGE DE DÉPRÉCIATION DE 5 MILLIARDS DE DOLLARS

LONDRES (Reuters) - BP a confirmé son statut de maillon faible parmi les grandes compagnies pétrolières mondiales en publiant mardi des résultats plus faibles que prévu, grevés par une charge de cinq milliards de dollars (4,07 milliards d'euros) principalement imputable à des dépréciations de ses actifs aux Etats-Unis.

Le groupe britannique, confronté aux conséquences de l'explosion d'une plate-forme pétrolière dans le golfe du Mexique en 2010 et à un conflit avec ses partenaires russes, a indiqué que sa production pétrolière et ses marges de raffinage avaient baissé au deuxième trimestre et continueraient de se replier au troisième trimestre.

La charge de dépréciations de cinq milliards de dollars s'explique notamment par le déclin de la valeur de raffineries américaines mises en vente, par la baisse de la valeur d'actifs de gaz de schiste et par la suspension du projet Liberty, en Alaska.

Ces provisions ne constituent pas une surprise, d'autres groupes pétroliers ayant dû aussi passer des dépréciations en raison de la faiblesse des marges dans le raffinage et alors que les prix du gaz aux Etats-Unis sont à des plus bas de dix ans.

Mais BP a dû passer une provision supplémentaire de 847 millions de dollars en raison de la marée noire de 2010 dont le coût représente désormais un total de 38 milliards de dollars, soit l'équivalent de deux années de bénéfices à taux de change constant.

Les investisseurs espèrent un accord entre BP et les autorités américaines avant l'élection présidentielle aux Etats-Unis, mais le groupe a prévenu qu'il existait toujours "des incertitudes importantes" sur ces éventuelles obligations dans le pays. Il a néanmoins fait savoir qu'il était en "discussions avancées" pour vendre ses deux raffineries américaines Texas City et Carson.

BP est également en conflit ouvert avec ses partenaires au sein de la coentreprise TNK-BP. Le quatuor de milliardaires russes qui détient 50% du troisième producteur de pétrole en Russie a décidé lundi de bloquer le paiement du dividende.

"Jusqu'à ce que nous soyons capables de résoudre un ou l'ensemble de ces problèmes, nous continuerons à avoir un niveau d'incertitudes élevé sur l'entreprise", a déclaré le directeur général Bob Dudley à des journalistes après l'annonce des résultats.

BP a accusé une perte de 1,385 milliard sur la base du coût de remplacement. Ajusté des charges et autres éléments exceptionnels, le résultat ressort moindre qu'attendu à 3,685 milliards de dollars contre un consensus d'environ 4,4 milliards et 5,7 milliards dégagés un an auparavant.

Pour comparaison, Total a annoncé le versement d'un acompte sur dividende de 0,59 euro au titre du deuxième trimestre, en hausse de 3,5% par rapport au premier trimestre, sur fond de résultats en croissance malgré un prix du brut moins favorable et un recul de sa production.

Pour Richard Griffiths, analyste chez Oriel Securities, les chiffres publiés par BP "testent la confiance" des investisseurs et "ont raté (les attentes) à tous les niveaux" dans toutes les divisions du groupe.

A la Bourse de Londres, le titre BP reculait de 3,4% à 429,5 pence à 13h30 GMT, l'une des plus fortes baisses au sein de l'indice des valeurs européennes du secteur pétrolier

(-0,99%).

Andrew Callus, Nicolas Delame et Blandine Hénault pour le service français, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant