Boyon : «Le CSA a une immense originalité»

le
0
INTERVIEW - Le président du Conseil supérieur de l'audiovisuel défend sa spécificité, celle d'un régulateur de contenus.

Le président du Conseil supérieur de l'audiovisuel prend position contre l'idée de rapprochement du CSA et de l'Arcep, l'autorité de régulation des télécoms.

LE FIGARO. - Êtes-vous favorable à la nomination d'un commissaire du gouvernement au sein du CSA comme cela est envisagé à l'Arcep?

Michel BOYON. - La question ne sera jamais d'actualité! Certes, il existe des commissaires du gouvernement auprès d'autorités indépendantes comme la Commission de régulation de l'énergie ou l'Autorité de la concurrence. Pour le CSA, qui est le garant d'une liberté publique fondamentale et du respect du pluralisme dans l'audiovisuel, ce serait tout simplement absurde.

Quelle est votre position concernant un rapprochement entre l'Arcep, le CSA et l'Agence des fréquences ?

Ce sujet est souvent très mal abordé. On a trop tendance en France à privilégier les approches par les structures et les organisations, alors que ce qui compte, ce sont les stratégies et les objectifs. On

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant