Boycott de l'hymne US : Obama défend la démarche du quarterback Kaepernick

le
0
Boycott de l'hymne US : Obama défend la démarche du quarterback Kaepernick
Boycott de l'hymne US : Obama défend la démarche du quarterback Kaepernick

Barack Obama a défendu lundi la démarche du joueur de football américain Colin Kaepernick, qui a refusé de se lever pour l'hymne national, jugeant qu'il avait réussi à attirer l'attention «sur des sujets qui méritent d'être abordés».

 

Le quarterback des San Francisco 49ers est au centre d'une vive polémique depuis qu'il a refusé à plusieurs reprises de se lever au moment où le stade entonnait le «Star-Spangled Banner» (La Bannière étoilée). Colin Kaepernick, métis de 28 ans, dont le père biologique était noir mais qui a été adopté et élevé par un couple de Blancs, a expliqué vouloir ainsi protester contre «l'oppression» de la communauté noire aux Etats-Unis. «Je ne vais pas afficher de fierté pour le drapeau d'un pays qui opprime les Noirs», a-t-il expliqué.

 

«Il participe au débat démocratique» souligne Obama

 

«Il exerce son droit constitutionnel à faire passer un message», a souligné le président américain lors d'une conférence de presse à l'issue du sommet du G20 en Chine. «Il existe une longue histoire de figures du sport qui ont fait de même. Et il y a différentes façons de le faire», a-t-il ajouté. Reconnaissant que cela pouvait être «quelque chose de difficile» à digérer pour les familles de militaires, Barack Obama a estimé que la démarche du joueur pouvait se comprendre.

 

«Je ne doute pas de sa sincérité. Je pense qu'il est attaché à des questions réelles, légitimes qui méritent d'être abordées», a poursuivi Barack Obama. «Je préfère voir des jeunes gens qui sont impliqués et essayent de concevoir comment ils peuvent participer au débat démocratique plutôt que des gens qui se comportent en spectateurs et ne prêtent pas attention du tout à ce qui se passe», a-t-il ajouté. «Parfois, c'est un peu compliqué, mais c'est comme cela que la démocratie fonctionne», a-t-il conclu.

 

Megan Rapinoe apporte également son ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant