Boxe: Mormeck et Klitschko dans la joie et la bonne humeur

le
0

par Chrystel Boulet-Euchin

PARIS (Reuters) - Jean-Marc Mormeck et Wladimir Klitschko se défieront sur le ring dans un mois et demi à Düsseldof pour le titre unifié de champion du monde des lourds mais en attendant de se retrouver entre les cordes, c'est en toute convivialité que les deux boxeurs se sont rencontrés lundi à Paris.

Ancien champion du monde des lourd-légers, le Français, 39 ans, s'est attaché les services de Kevin Rooney, ex-entraîneur de Mike Tyson, pour tenter de ravir ses ceintures WBA, IBF, WBO, IBO à Wladimir Klitschko, de quatre ans son cadet.

Loin des provocations à la limite du malsain comme cela a déjà pu être vu entre deux futurs adversaires, le face-à-face entre les deux boxeurs était emprunt de respect et de convivialité sous les ors de l'Hôtel de ville de la capitale, lundi après-midi.

Le 10 décembre, l'Ukrainien partira évidemment avec les faveurs des pronostics avec ces 56 victoires en 59 combats, dont 49 par KO. Mais il dit se méfier de Jean-Marc Mormeck.

"J'ai mené plusieurs combats, j'ai une certaine expérience (...) mais il a lui aussi de l'expérience, il a été champion du monde, il prend ses adversaires très au sérieux. Pour ce combat, le 60e de ma carrière, j'ai un objectif, un 50e KO", a dit celui qui fut champion olympique en 1996 à Atlanta.

Le Français a, lui, une idée bien précise sur la façon dont il devra s'y prendre pour mettre le favori en danger.

"Ses adversaires ne font pas ce qu'il faut, ils n'avancent pas. En voyant ça, je me suis dit que j'étais à ma place face à lui", a expliqué le boxeur, plus petit que son futur adversaire.

"Et alors ? J'ai toujours rencontré des boxeurs plus grands que moi et j'ai pratiquement toujours gagné, alors il n'y a pas de raison que je ne gagne pas."

"ÉCHEC ET MAT"

Wladimir Klitschko a longuement présenté la boxe comme un jeu d'échec, une comparaison relayée par Jean-Marc Mormeck, les deux boxeurs s'entendant pour dire que l'on montait toujours sur le ring avec un plan.

"Tout le monde à un plan... jusqu'à la porte", a cependant souligné l'Ukrainien, qui a prédit que sur le futur combat, il y aurait "échec et mat".

Le plan de Jean-Marc Mormeck pourrait reposer sur "la mâchoire de verre" tel qu'il qualifie celle de son futur adversaire.

"Je vais faire en sorte que tu ne puisses pas la toucher", a prévenu Wladimir Klitschko.

"J'ai dit aussi que ton frère (Vitaly, également champion du monde des lourds WBC, et aîné de Wladimir) était le plus fort des deux", a renchéri le Français, en riant d'une provocation qui n'en était pas une.

"Tu as raison, tu as fait le choix de te battre contre le plus jeune et le plus faible", a rigolé l'Ukrainien.

Comme la météo, l'ambiance était donc au beau fixe lundi. Pour autant, la détermination était bien visible chez l'un comme chez l'autre des deux boxeurs.

"Moi, je veux ce qu'il a. Si je veux l'obtenir, il faut que je lui casse la gueule", a résumé Jean-Marc Mormeck.

"C'est une grande motivation puisqu'il me promet de me casser la mâchoire. C'est dur de se battre contre quelqu'un de gentil, et lui est assez gentil, donc il faudra que je me concentre", a répondu Wladimir Klitschko.

Edité par Pascal Liétout

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant