Boxe : Jean-Marc Mormeck n'est pas K.-O.

le
0
Le combat de la dernière chance pour Mormeck. S'il gagne, une septième ceinture en lourds-légers est à sa portée. S'il perd, il se retire des rings.
Le combat de la dernière chance pour Mormeck. S'il gagne, une septième ceinture en lourds-légers est à sa portée. S'il perd, il se retire des rings.

Le roi français de la boxe remet les gants pour un combat de la dernière chance. Le match du come-back face au Hongrois Tamas Lodi, actuel numéro 10 mondial en lourds-légers, est programmé le 26 juin à Asnières (92). Après deux ans d'absence, Jean-Marc Mormeck retrouve la catégorie de ses débuts dans laquelle il avait déjà été couronné champion du monde six fois. Mormeck tente le tout pour le tout : s'il gagne, il pourra prétendre à une septième ceinture de champion du monde. En cas de défaite, le Guadeloupéen a fait le choix de se retirer définitivement des rings après dix-neuf ans de carrière professionnelle.

Lors de la conférence de presse, le champion français est longuement revenu sur sa défaite face à Wladimir Klitschko en 2012. Il a mis du temps à se remettre de la défaite et a encore du mal à l'accepter. "Ma prestation était mauvaise", admet-il à demi-mot. "Il y avait 50 000 spectateurs, c'était tout de même très impressionnant. Le ring paraissait tout petit." L'Ukrainien n'avait jamais été inquiété par le Français, obligé de poser le genou à terre après un direct du droit lors du quatrième round. "J'ai payé le déficit physique. Il était plus grand que moi, une allonge et un jeu de jambes. Il faut être tacticien pour briser sa défense", analyse-t-il sans regret.

"Un homme de défi"

Mormeck en a aussi profité pour renvoyer les critiques dans les cordes : "On a dit que je n'étais pas à la hauteur physiquement,...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant