Bouygues : un pactole et des questions

le
2
Le siège de Bouygues Telecom à Paris. (© DR)
Le siège de Bouygues Telecom à Paris. (© DR)

«Une offre que vous ne pouvez pas refuser». Cette remarque d’un analyste résume bien le sentiment général devant les 10 milliards d’euros mis sur la table par Patrick Drahi, le patron de Numericable-SFR, pour racheter Bouygues Telecom. Le prix proposé représente près de deux fois la valeur au bilan de la filiale télécoms de Bouygues (5,8 milliards d’euros). C’est aussi 90% de la capitalisation boursière du conglomérat avant l’annonce du projet de Patrick Drahi. Pas étonnant donc que le cours de Bouygues se soit envolé de 13,2% en une séance.

Bloc "A lire aussi"

Sous réserve que l’Autorité de la concurrence et le gouvernement ne s’y opposent pas, cette nouvelle opération dans les télécoms permet à Bouygues de sortir la tête haute d’un secteur miné par la baisse des prix et où il apparaissait comme l’acteur le plus fragile. Même si Bouygues Telecom dispose d’un portefeuille d’abonnés important (plus de 10 millions dans le mobile), la filiale n’est plus la vache à lait qu’elle était pour sa maison mère avant l’arrivée d’Iliad dans les télécoms.

Du cash à venir d’Alstom. La question est de savoir ce que Bouygues fera des 10 milliards d’euros. Une manne qui pourrait être augmentée d’au moins 1 milliard quand Alstom procédera à son offre publique de rachat d’actions (Opra) d’un montant compris entre 3,5 et 4 milliards

Lire la suite sur le revenu.com


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • cidem le mardi 23 juin 2015 à 14:58

    Faut pas vendre et faire le dos rond. SFR va se casser les dent avec sa montagne de dette et tombera dans le panier bouygue

  • M7097610 le mardi 23 juin 2015 à 14:33

    bonne question...que fera t il des milliards ? TF1 degringole, le BTP est sinistré en France et Bouygues n'est dans aucune rente comme les autoroutes !