Bouygues Telecom : la direction supprime 1500 postes sur 9000

le
12
Bouygues Telecom : la direction supprime 1500 postes sur 9000
Bouygues Telecom : la direction supprime 1500 postes sur 9000

Gros coup de massue pour les salariés de Bouygues Telecom. La direction de l'opérateur de téléphonie vient d'annoncer ce mercredi la suppression de 1516 postes sur 9000 environ. Soit 17% des effectifs en moins, d'un coup, via un plan de départs volontaires. La direction a détaillé devant les élus du personnel son plan de transformation «visant à lui garantir un avenir autonome» avec un «plan d'accompagnement privilégiant le volontariat et le reclassement interne», selon un communiqué du groupe.

Cette annonce est une demi- surprise. Après la décision de SFR de fusionner avec Numericable, Bouygues a lancé le 15 mai un projet de refonte de sa filiale télécoms avec notamment un nouvel objectif d'économies de 300 millions d'euros par an, à partir de 2016. Mais les syndicalistes s'attendaient plutôt à un millier de postes en moins soit environ 10% du total.  

Bouygues «a choisi de repenser totalement son positionnement d'entreprise autour de trois axes forts: développer les nouveaux usages et l'internet mobile», «proposer de nouvelles offres technologiques tout au long de l'année, à des prix très agressifs et s'engager encore plus fortement au service des clients», a justifié la direction. 

Bouygues a perdu 200 000 abonnés

La branche télécoms du groupe, créée par Martin Bouygues, est en difficulté depuis l'arrivée de Free, en 2012, qui a mené une guerre des prix à ses concurrents, rognant leurs marges, et faisant perdre 200.000 abonnés à l'opérateur. Pour se relancer, Bouygues Telecom a misé sur son réseau 4G. 

Au premier trimestre 2014, l'opérateur a encore vu son chiffre d'affaires chuter de 5%, à 1,08 milliard d'euros, et a essuyé sur la période une perte opérationnelle courante de 19 millions d'euros. L'échec du rachat de SFR a précipité le processus. 

Les discussions avec Orange et Free «n'ont pas abouti»

Cette coupe drastique est-elle un moyen de rendre la mariée plus belle en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • nayara10 le mercredi 11 juin 2014 à 19:38

    Heureusement que le chômage devient un métier d'avenir ....Un nouveau pôle industriel qui disparaît dans les statistiques de GRASDOUX...

  • fgino le mercredi 11 juin 2014 à 19:24

    ça va renforcer les emplois jeunes ... c'est bien

  • gl060670 le mercredi 11 juin 2014 à 19:20

    il a raison l'attaque est la meilleur des défenses!!!!!, et miser sur le premium est une idée à creuser

  • chevdorg le mercredi 11 juin 2014 à 18:54

    Jean Ludovic Silicani, ci-devant Président de l'Arcep, avec ses deux cent mille billets annuels, dont la moitié n'est pas imposable, ni est, biensûr, pour rien !

  • M1103623 le mercredi 11 juin 2014 à 18:38

    En gros, ils vont faire 50 millions d'économies par an en supprimant ces postes (en étant optimistes) mais de l'autre ils versent 500 millions d'euros de dividendes. Je vais aller chez Free.

  • frk987 le mercredi 11 juin 2014 à 18:30

    4 opérateurs en Europe OUI, mais 4 opérateurs en France c'est ridicule.

  • fquiroga le mercredi 11 juin 2014 à 18:17

    Ouf, on est rassuré car c'est la Direction qui décide.....

  • claud616 le mercredi 11 juin 2014 à 18:09

    Si il avait racheté sfr ,ce n'est pas 1516 mais le double au chômage, pauvre MB mauvais gestionnaire.

  • kejocol le mercredi 11 juin 2014 à 17:47

    et Monbour qui voulait que Bouygues achete SFR, quelle vision pour un politique, ca fait peur.

  • JM_A le mercredi 11 juin 2014 à 17:36

    pas grave les chomeurs de chez Bouygues pour travailler dans un emploi d'avenir à la mairie, comme ambassadeur du tri, ambassadeur du bon voisinage, ambassadeur des trains qui arrivent en avance et que sais je encore...