Bouygues ou Numericable, à qui Vivendi va-t-il marier SFR ?

le
0
Bouygues ou Numericable, à qui Vivendi va-t-il marier SFR ?
Bouygues ou Numericable, à qui Vivendi va-t-il marier SFR ?

Vivendi a reçu deux offres pour l'acquisition de SFR, son principal actif télécom, et doit maintenant choisir entre la proposition de Numericable et celle de Bouygues dont les analystes soulignent l'intérêt au niveau industriel mais qui représente un risque au niveau réglementaire.Le groupe Bouygues a détaillé jeudi son offre pour le rachat de SFR pour laquelle il propose 10,5 milliards d?euros en numéraire à Vivendi et 46% du capital du nouvel ensemble. Cette offre valorise SFR à 14,5 milliards d'euros "pré-synergies" et à près de 19 milliards en comptant l'intégralité des synergies.Le cablô-opérateur Numericable et sa maison mère Altice n'ont pas dévoilé leur offre, mais selon une source proche du dossier elle se monterait à 11 milliards d'euros en numéraire avec 32% du capital pour Vivendi. Elle valoriserait SFR entre 14 et 15 milliards, et 19 milliards en comptant l'intégralité des synergies."D?un point de vue industriel, un rapprochement entre Bouygues Telecom et SFR aurait du sens", selon Natixis.Les deux groupes sont déjà partenaires dans de nombreux projets (fibre, mutualisation de réseau mobile, etc). Les synergies basées sur les réductions de coûts et d'investissement sont donc importantes, selon plusieurs analystes de la place parisienne.Mais, "le principal obstacle à franchir pour Bouygues est celui des autorités de la concurrence", souligne Natixis. En effet, "le nouvel ensemble aurait une part de marché clients d?environ 42% dans le mobile (plus qu?Orange) et 45% en valeur. Il serait sur le segment Entreprises la seule alternative à l?opérateur historique, et sa part de marché sur les MVNO (opérateurs sans réseau propre) serait proche de 80%". - Fin de la guerre des prix ? - Pour les spécialistes de la banque américaine Bank of America Merrill Lynch, il est donc "peu probable que le régulateur accepte cette fusion alors que la concentration sur le marché serait ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant