Bouygues-La croissance de retour en 2016, même dans les télécoms

le
0

* Baisse d'un tiers du résultat opérationnel courant * Bouygues maintient le "stand alone" pour sa filiale télécoms * L'international soutient la construction * L'action en hausse (Actualisé avec conférence de presse, cours de Bourse) par Yann Le Guernigou PARIS, 25 février (Reuters) - Bouygues BOUY.PA a réaffirmé mercredi que sa filiale télécoms, très courtisée, n'était pas à vendre, malgré une perte qui a pesé l'an passé sur les résultats du groupe diversifié et une sortie du rouge qui n'est pas attendue avant 2016. Les comptes 2014 du groupe ont été marqués par un recul d'un tiers du bénéfice opérationnel courant dû également à la conjoncture difficile du marché de la construction en France, même si l'activité à l'international a permis d'en compenser l'impact sur le chiffre d'affaires. "Nous sommes beaucoup courtisés, comme tous les opérateurs du monde", a déclaré devant la presse le PDG Martin Bouygues à propos de Bouygues Telecom. "Mais il n'y a aucune négociation en cours (...) Le choix, c'est le 'stand alone', on a été très clairs là-dessus", a-t-il dit de l'ancienne machine à cash du groupe, aujourd'hui en pleine restructuration. Bouygues s'attend à une année 2015 encore difficile du fait de l'environnement économique et de la guerre des prix dans la téléphonie en France, mais envisage un retour à la croissance de Bouygues Telecom comme de ses autres métiers en 2016. Confiant dans sa prévision, le groupe a décidé de maintenir inchangé à 1,60 euro par action son dividende annuel qui, au cours de Bourse actuel, offre un rendement de près de 4,50%. Le résultat net opérationnel courant 2014 s'est élevé à 888 millions d'euros, contre 1.319 millions un an plus tôt, alors que le chiffre d'affaires est resté quasi stable à 33,14 milliards d'euros. Ces chiffres sont légèrement supérieurs aux attentes. Le consensus des analystes fourni par la société anticipait un résultat opérationnel courant de 855 millions d'euros et un chiffre d'affaires de 32,99 milliards. A la Bourse de Paris, l'action Bouygues gagne 1,69% à 36,06 euros à 13h45, surperformant le marché (-0,2% pour l'indice CAC 40 .FCHI ). Elle progresse de 20% depuis le début de l'année, surperformant là aussi l'indice (+14%), surtout grâce aux spéculations concernant le sort de Bouygues Telecom. La semaine passée encore, Bouygues assurait qu'aucune négociation n'était en cours pour la vente de sa filiale à la suite d'une information selon laquelle Altice ATCE.AS , la maison mère de Numericable-SFR NUME.PA , en étudiait le rachat possible. ID:nL5N0VQ1IC Stéphane Beyazian, analyste chez Raymond James, estime que le marché prend en compte le fait que l'issue de ce feuilleton ne peut être que positive: "Soit un redressement du cash-flow par les réductions de coûts, soit, peut-être plus probablement, l'actif peut être considéré comme à vendre." "LÉGÈRE REPRISE" DANS LA CONSTRUCTION EN FRANCE En 2014, Bouygues Telecom a accusé une perte opérationnelle courante de 65 millions d'euros mais a atteint son objectif d'être légèrement positif au niveau du solde excédent brut d'exploitation moins les investissements. La société a finalisé fin janvier un plan de départ volontaires de près de 1.400 salariés, qui s'inscrit dans une restructuration destinée à réduire sa base de coûts de 300 millions d'euros à l'horizon de la fin du premier semestre. En attendant, Bouygues Telecom met l'accent sur ses performances commerciales, avec un parc de clients qui a progressé de 393.000 l'an passé, pour atteindre 13,55 millions. Celui de la division Mobile atteint 11,12 millions de clients, ayant augmenté de 73.000 sur le seul quatrième trimestre. Pour 2015, le groupe table sur une stabilité de l'excédent brut d'exploitation (Ebitda) de sa filiale télécoms couplée à une "légère hausse" des investissements en liaison notamment avec la mise en oeuvre de l'accord de mutualisation d'une partie de son réseau mobile avec Numericable-SFR. Celle-ci s'accompagnera d'une dépréciation de la valeur du réseau qui, ajoutée à des éléments de restructuration dans les autres métiers du groupe, se traduira par une charge de 200 millions d'euros dans les comptes consolidés en 2015. Dans la construction, le salut de Bouygues est passé l'an dernier par l'international, qui a permis de sauver la croissance de l'activité globale malgré un recul de 4% en France. Le carnet de commandes du métier s'élevait à 27,6 milliards d'euros à fin décembre, dont plus de la moitié hors des frontières, contre 27,53 milliards un an plus tôt. Bouygues s'attend en 2015 à une marge opérationnelle courante stable des activités de construction et à un chiffre d'affaires en baisse, même s'il dit constater une "légère reprise" en France, liée à la montée en puissance du dispositif Pinel pour l'investissement locatif. * Le communiqué : http://bit.ly/1ahwgrR * La présentation : http://bit.ly/1aiQCku (Avec Dominique Vidalon et Leila Abboud, édité par Dominique Rodriguez)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant