Bouygues: la 4G 'sous surveillance rapprochée' de l'Arcep.

le
2

(CercleFinance.com) - Gendarme des télécoms, l'Arcep a hier mis en demeure 'par anticipation' deux opérateurs mobiles sur les quatre qui existent en France, Bouygues Telecom et Numericable-SFR, afin que ces derniers respectent leurs engagements en matière de déploiement de réseau mobile 4G dans les zones rurales. Une affaire qui pourrait affecter l'éventuel rapprochement entre Bouygues Telecom et Orange.

L'objectif de l'Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) est clair : 'aucun territoire ne (doit être) laissé de côté' en matière de réseau mobile, indique l'autorité, qui en conséquence a lancé un 'observatoire' chargé du suivi des déploiements réseau dans les zones dites “peu denses”. Ce qui suppose que le dossier sera suivi de près.

Mais ce n'est pas tout : cette procédure lui semblant manifestement insuffisante, “l'Arcep a également décidé de mettre sous surveillance rapprochée les déploiements 4G de Bouygues Telecom et de SFR en zones peu denses”, indique un communiqué.

Cette affaire remonte à 2011, lorsque les opérateurs se sont vus attribuer des licences 800 MHz en l'échange de contreparties : des engagements de déploiement significatifs de réseaux, notamment dans les zones rurales où l'investissement est important, mais pas forcément le trafic ni donc le chiffre d'affaires.

“Ces deux opérateurs, ainsi qu'Orange (mais pas Free), doivent assurer la couverture de 40% des populations des zones peu denses d'ici le 14 janvier 2017. Or début janvier 2016, Bouygues Telecom et SFR ne couvraient respectivement que 12 et 8% de ces populations (contre 33% pour Orange)”, détaillent les analystes d'Aurel BGC ce matin.

Cette affaire est sensible pour Bouygues Telecom, qui est en train de négocier sa cession à Orange, une opération pour le moins compliquée. Ce dernier, qui lui aussi avait pris des engagements en matière de réseau 4G, a été mis hors de cause par l'Arcep, tout comme Free Mobile, filiale d'Iliad.

Or en cas de rapprochement entre Bouygues Telecom et Orange, le schéma le plus souvent évoqué est que Free et/ou Numericable-SFR reprennent une partie du réseau et/ou des actifs de Bouygues Telecom, afin de limiter l'impact de cette éventuelle concentration sur la concurrence. A suivre.

Par ailleurs, l'Arcep a validé les contrats de partage conclus entre les quatre opérateurs français concernant leurs réseaux 2G et 3G.

EG


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Patio38 il y a 11 mois

    Interessant ... Et qui met en demeure l'état quant à la couverture par la TNT terrestre ? Faites ce que je dis mais ne faites pas ce que je fais

  • SM7 il y a 11 mois

    Bienvenue chez les bisounours ! Comment ont-ils pu penser ne serait-ce qu'une seconde que les opérateurs allaient investir dans des zones non rentables ? On le constate déjà avec le réseau fixe où bien des foyers sont dans la misère numérique la plus totale et c'est pas d'hier que ça date ! La fibre pour tous les foyer ruraux éloignés des centraux téléphoniques, c'est pas pour tout de suite non plus.