Bouygues et Numericable croisent le fer pour mettre la main sur SFR

le
0
Bouygues et Numericable croisent le fer pour mettre la main sur SFR
Bouygues et Numericable croisent le fer pour mettre la main sur SFR

Deux candidats au rachat de SFR, Bouygues et Numericable, vont croiser le fer pour mettre la main sur la filiale télécoms de Vivendi, dans une bataille que le gouvernement entend surveiller de près avec le souci d'éviter un impact en termes d'emplois.Vivendi a mis fin au suspense en annonçant mercredi soir avoir reçu "deux offres engageantes de prise de contrôle majoritaire" du deuxième opérateur télécom français, "adossées à des engagements de financement".Son conseil de surveillance "sera saisi pour étudier ces offres" et "il évaluera toutes les options qui s'offrent à lui quant à l'avenir de sa filiale et du groupe, dans le meilleur intérêt des salariés et des actionnaires", a-t-il indiqué dans un bref communiqué."On a maintenant deux offres, on va les décortiquer et voir si elles valent mieux que l'entrée en bourse de SFR, ça ne devrait pas s'éterniser", a commenté mercredi soir à l'AFP le président du directoire, Jean-François Dubos.Les candidats au rachat de SFR, dont Vivendi souhaite se séparer pour se recentrer sur les médias, avaient jusqu'à 20H00 mercredi pour présenter leurs offres de reprise.Les candidatures d'Altice, holding mère de Numericable, et celle de Bouygues étaient attendues: le câblo-opérateur s'était dit intéressé dès 2012 par SFR, tandis que Bouygues Telecom, le plus affecté dans la guerre des prix du mobile initiée par Free, est sorti du bois au dernier moment, craignant d'être isolé par un tel mariage.La décision que prendra Vivendi de céder ou non tout ou partie de sa filiale, devra recueillir un feu vert de l'Autorité de la concurrence.Même si ce choix ne sera pas soumis à l'exécutif, le gouvernement s'est immiscé mercredi dans le dossier, en soulignant la nécessité de préserver l'emploi."Il n'y a pas de candidat privilégié", mais le gouvernement "s'appuiera avant tout sur trois critères: surtout l'emploi ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant