Bouygues dit non à Altice, veut garder sa filiale télécoms

le , mis à jour à 00:46
0

* Bouygues juge les risques d'exécution trop importants * Justifie aussi sa décision par les risques sociaux encourus * Le gouvernement redoutait une remise en cause des enchères pour les fréquences 700 MHz-sces (Actualisé avec réaction d'Orange) par Gilles Guillaume et Matthieu Protard PARIS, 23 juin (Reuters) - Bouygues BOUY.PA a rejeté mardi soir l'offre du groupe européen de télécoms Altice ATCE.AS , maison-mère de Numericable-SFR NUME.PA , en vue du rachat de sa filiale Bouygues Telecom, estimant que cette dernière est en mesure aujourd'hui de poursuivre seule son développement. Le groupe de BTP, de médias et de télécommunications explique notamment avoir jugé les risques d'exécution d'un mariage entre sa filiale et Numericable-SFR trop importants au regard des enjeux de concurrence. "Aucune réponse pleinement satisfaisante n'est apportée par Altice sur ce sujet essentiel (du droit de la concurrence, ndlr) qui serait étudié en détail par l'Autorité de la concurrence", souligne Bouygues dans un communiqué diffusé à l'issue de la réunion de son conseil d'administration. "En outre, elle ne prend pas en compte le lancement imminent de la procédure d'attribution des fréquences 700 MHz et ses conséquences sur l'opération", poursuit le groupe. Bouygues justifie également sa décision par les risques sociaux et en termes d'emplois que pourrait comporter un tel mariage, déjà vu d'un très mauvais oeil par le gouvernement. Et pour illustrer sa capacité à rester indépendant, le groupe de BTP souligne que Bouygues Telecom a les moyens de retrouver à l'horizon 2017 une marge d'Ebitda de 25% minimum, son niveau de 2011, avant la guerre des prix qui a suivi l'arrivée de Free. Personne n'était joignable dans l'immédiat chez Altice pour un commentaire. Altice a proposé à Bouygues de racheter sa filiale de télécoms pour un montant qui pourrait atteindre, selon des sources, 10 milliards d'euros en numéraire. L'ENJEU DES FRÉQUENCES 700 MHZ Une telle opération aurait eu pour conséquence de ramener le marché français des télécoms à trois opérateurs, contre quatre actuellement depuis l'arrivée de Free (Iliad ILD.PA ) début 2012. Elle aurait aussi donné naissance à un nouveau leader du marché français, devant l'opérateur historique Orange ORAN.PA . Mais, les ambitions d'Altice et de son patron Patrick Drahi se sont vite heurtées aux réticences du gouvernement français qui redoutait qu'un rachat de Bouygues Telecom n'entraîne d'importantes suppressions de postes ainsi qu'une baisse des investissements dans les réseaux très haut débit. ID:nL8N0Z70QO et ID:nL8N0Z80PY Depuis dimanche, le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, a multiplié les avertissements. Devant les députés, le ministre, qui a reçu Patrick Drahi en début de soirée, a maintenu mardi la pression sur les protagonistes en réaffirmant ses craintes d'une "casse sociale". "Il est à peu près évident qu'il y aura des destructions d'emploi à cause de cette opération. C'est ce qu'on appelle joliment des synergies", a ainsi déclaré le ministre lors de la séance des questions à l'Assemblée nationale. ID:nL8N0Z92PX Mais au-delà des inquiétudes sur le volet social et sur celui des investissements, le gouvernement redoutait surtout, selon des sources proches du dossier, qu'un mariage entre Bouygues Telecom et Numericable-SFR ne remette en cause la vente des fréquences 700 MHz pour laquelle le gouvernement doit lancer une procédure d'enchères cette année afin d'accélérer le déploiement de la 4G sur l'ensemble du territoire. Grâce à ces enchères, dont la procédure a été calibrée sur la base de quatre opérateurs, l'Etat espère récolter près de 2,5 milliards d'euros de recettes déjà inscrites dans le projet de loi de Finances 2015 au titre des crédits pour la Défense. En Bourse, avant le communiqué de Bouygues, le titre Numericable-SFR a clôturé mardi en repli de 0,60% à 54,46 euros, tandis que Bouygues a terminé en baisse de 0,13% à 38,02 euros. A Amsterdam, l'action Altice a terminé à 130 euros (+0,27%). De son côté, Orange a déclaré qu'il prenait acte de la décision de Bouygues "avec sérénité", le groupe ayant la taille et les compétences pour faire face à la vive concurrence. "Cependant nous sommes convaincus que, sur le long terme, le marché des télécoms en France ne peut pas supporter quatre opérateurs de réseau", a déclaré un porte-parole d'Orange. Le communiqué de Bouygues: http://bit.ly/1IcmBR9 (Avec Leila Abboud, Dominique Vidalon et Juliette Rouillon)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant