Bouteflika, espoir des octogénaires de notre classe politique

le
1
Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, le 2 février 2014, lors de sa rencontre avec le nouveau président tunisien Mehdi Jomaa.
Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, le 2 février 2014, lors de sa rencontre avec le nouveau président tunisien Mehdi Jomaa.

Depuis samedi, les médias se gaussent de la nouvelle candidature d'Abdelaziz Bouteflika. Chef de l'État algérien depuis avril 1999, il sollicite un quatrième mandat à l'âge de 76 ans. Sauf que, incapable d'annoncer lui-même cette grande nouvelle, il a demandé à l'un de ses proches d'être son porte-parole. Des esprits (très) chagrins remarquent que depuis avril 2012, nul n'a entendu le son de sa voix. Que d'injustices quand on pense à l'espoir que peut faire naître une telle longévité dans notre classe politique ! Jacques Delors (bientôt 89 ans) pourrait enfin briguer le mandat présidentiel pour lequel il a longtemps hésité à postuler. Valéry Giscard d'Estaing (88 ans) et Jacques Chirac (81 ans) pourraient tenter un magnifique come-back, grillant le trop jeune Nicolas Sarkozy, même pas sexagénaire... Et que dire de Jean-Marie Le Pen ! À 85 ans, un menhir breton est à peine poli par les vents du large... Tête de liste aux européennes ? Sénateur en 2015 ? Président fondateur d'un nouveau parti ? Il ne manque pas d'opportunités pour garder son oeil sur les affaires de l'État... Serge Dassault (89 ans dans deux mois) ne s'y est pas trompé. Le bientôt nonagénaire vient d'affronter une garde à vue et il sait qu'il a tout l'avenir devant lui, car son père Marcel a tiré sa révérence à 94 ans. Or, de nos jours, les enfants vivent plus vieux que leurs parents... Ministre de la Défense ? De la Jeunesse et des Sports ? Aucun maroquin ne lui...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pichou59 le lundi 24 fév 2014 à 16:24

    on doit en avoir aussi peut-être au sénat?????