Bouteflika au Val-de-Grâce, Alger s'interroge sur son état de santé réel

le
0
Bouteflika au Val-de-Grâce, Alger s'interroge sur son état de santé réel
Bouteflika au Val-de-Grâce, Alger s'interroge sur son état de santé réel

L'hospitalisation du président algérien Abdelaziz Bouteflika au Val-de-Grâce, à Paris, à 48 heures de la convocation du corps électoral pour la présidentielle en Algérie, suscite de nouveau beaucoup d'interrogations en Algérie. La presse, la classe politique notamment l'opposition, s'interrogent sur son état de santé réel alors que ses partisans, le FLN en première ligne, veulent le voir briguer un quatrième mandat.

Agé de 76 ans, Bouteflika n'a fait aucune sortie publique depuis sa première hospitalisation fin avril 2013 au Val-de-Grâce. Rentré en Algérie mi-juillet, après trois mois de soins intensifs dont un en «convalescence» aux Invalides, il est apparu à deux reprises à la télévision mais très affaibli alors que le pouvoir réaffirme, sans démordre, qu'il dirige le pays et que son état s'est «nettement amélioré».

«Sauf cas de force majeure»

Conformément au Code électoral, le chef de l'Etat doit signer un décret «le 16 ou le 17 janvier», pour convoquer le corps électoral qui fixera donc la date du scrutin 90 jours plus tard. Si le décret paraît vendredi, cette date tombera donc le 17 avril. Mais l'annonce de ce rendez-vous par l'agence officielle précise que le président convoquera à ces dates «sauf cas de force majeure». Une précaution soulignée par la presse de mercredi se demandant si le président algérien est vraiment en état de gouverner.

En annonçant son hospitalisation mardi au lendemain de son transfert au Val-de-Grâce, la présidence algérienne a souligné qu'il s'agissait simplement d'un «contrôle de routine» et qu'il rentrerait ce vendredi. Dans ce communiqué cité par l'APS, il est aussi précisé que son état de santé s'améliore «sûrement» et de «façon progressive». Ce discours réitéré à plusieurs reprises ne convainc pas à Alger.

«Le président aurait signé avant son départ en France le décret (...) par lequel est convoqué le corps électoral pour ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant