Bouteflika a reçu la visite du Premier ministre algérien en France

le
0
Bouteflika a reçu la visite du Premier ministre algérien en France
Bouteflika a reçu la visite du Premier ministre algérien en France

Le président algérien Bouteflika, 76 ans, «a très bien réagi et son état de santé semble correct», a affirmé ce mardi le Premier ministre Abdelmalek Sellal qui lui a rendu visite en France avec le chef d'état-major, le général de corps d'armée Ahmed Gaïd Salah. La télévision d'Etat a annoncé la rencontre sans diffuser la moindre image.

Selon lui, le président algérien «en convalescence» «a donné des instructions dans tous les domaines d'activité» notamment en ce qui concerne l'approvisionnement des marchés durant le mois de jeûne musulman du ramadan qui commence début juillet.

Le Premier ministre a ajouté qu'il reviendrait sur les détails de cette rencontre, qui a duré «près de deux heures», «dès demain» mercredi, sans préciser s'il serait alors rentré ou non à Alger.

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, absent depuis 46 jours de son pays, observe une «période de réadaptation fonctionnelle» dans un hôpital parisien, avaient annoncé un peu plus tôt mardi les médecins qui l'accompagnent.

Dans un bulletin de santé signé de ses «médecins accompagnateurs», rendu public par l'agence APS, les professeurs Mohcène Sahraoui et Merzak Métresse y réaffirmaient que M. Bouteflika a eu un AVC le 27 avril «sans retentissement sur ses fonctions vitales». Ils rappellaient que son transfert à Paris avait été décidé pour «un complément d'exploration, à l'issue de laquelle ses médecins lui ont recommandé d'observer, à l'institution nationale des Invalides, une période de soins et de réadaptation fonctionnelle en vue de consolider l'évolution favorable de son état de santé».

Cette nouvelle mise au point est publiée au lendemain de déclarations du ministre algérien des Affaires étrangères Mourad Medelci, indiquant que M. Bouteflika continuait à donner des directives sur les affaires du pays. Dimanche, le Premier ministre Abdelmalek Sellal avait appelé la presse à cesser ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant