Bourses européennes : mercredi noir sur les marchés

le
7
Bourses européennes : mercredi noir sur les marchés
Bourses européennes : mercredi noir sur les marchés

Mercredi noir sur les bourses européennes. A Paris, Francfort ou Londres, les principales places financières du Vieux continent ont complètement décroché. Les chiffres sont très mauvais : le CAC 40 tombe sous la barre des 4000 points, à 3939,72, son plus mauvais résultat depuis août 2013.

Ce n'est pas mieux en Angleterre ou en Allemagne : le Dax a atteint un nouveau plus bas annuel, lâchant 2,87%. Outre-Manche, le FTSE 100 a perdu 2,83%. «Ce fut un carnage aujourd'hui sur les marchés européens, frappés par un torrent de déception», commente Michael Hewson, analyste chez CMC Markets, à Londres.

Des résultats dans le sillage d'indicateurs américains décevants. En fait, le feu couvait depuis plusieurs jours : l'incendie s'est finalement déclenché à Wall Street, qui a subitement décroché dans l'après-midi, allant jusqu'à perdre plus de 2%.

La peur d'Ebola

Mais pourquoi une telle dégringolade collective? Parce que les marchés financiers sont tétanisés devant une série de mauvais indicateurs qui laissent présager une dégradation de la santé de l'économie mondiale. «On est dans une période où le marché craint vraiment que l'économie mondiale ne soit en panne de croissance», analyse Alan Skrainka de Cornerstone Wealth Management. «L'Europe est à la peine, la Chine ralentit considérablement» et même si l'économie américaine «ne se porte pas trop mal, elle n'avance pas non plus à une vitesse folle, comme l'ont rappelé les chiffres» diffusés mercredi.

Ces chiffres, ce sont par exemple les ventes de détail aux Etats-Unis qui ont régressé plus fortement que prévu en septembre, marquant leur premier recul depuis janvier, et les prix à la production sur la même période qui ont baissé pour la première fois depuis août 2013. 

A cela s'ajoute la perspective angoissante d'une propagation à grande ampleur du virus Ebola aux Etats-Unis alors qu'un deuxième membre du personnel soignant d'un ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pbenard6 le mercredi 15 oct 2014 à 21:57

    ça ne vaut pas le 11 septembre

  • oggy le mercredi 15 oct 2014 à 21:25

    le SRAS ou l'H1N1 ou toute autre pandémie, là, y aura de quoi avoir les jetons...

  • oggy le mercredi 15 oct 2014 à 21:22

    un deuxième cas d'ébola au US et c'est la panique??? eh ben... trop de confort et on a peur d'une mouche qui pète... qu'est ce que çà va être si il y a une dizaine de cas ou plus??? l'apocalypse...

  • oggy le mercredi 15 oct 2014 à 21:18

    Les arbres ne montent pas au ciel, mais beaucoup de titres sont encore au ras de la pelouse... faut pas l'oublier...

  • M7361806 le mercredi 15 oct 2014 à 21:05

    ebola c'est pipo, le peuple vend,les riches en profitent pour acheter a bon compte !

  • calippe3 le mercredi 15 oct 2014 à 20:40

    Les arbres ne montent pas jusqu'au ciel.....

  • winloto le mercredi 15 oct 2014 à 20:34

    Je cite "A cela s'ajoute la perspective angoissante d'une propagation à grande ampleur du virus Ebola aux Etats-Unis alors qu'un deuxième membre du personnel soignant d'un ..."En Afrique là où rien n'est maitrisé, Ebola ne se propage pas tant que çà. Il n'est pas très intelligent de faire peur à la population avec ce genre de message relayé par la "presse pigeonne"