Bourses au mérite : Geneviève Fioraso à moitié désavouée par le Conseil d'État

le
1
Geneviève Fioraso avait fait le choix de redéployer les sommes en créant un nouvel échelon de bourse.
Geneviève Fioraso avait fait le choix de redéployer les sommes en créant un nouvel échelon de bourse.

C'est une petite victoire pour les étudiants "méritants". Ceux qui, ayant obtenu une mention très bien au bac et qui étaient déjà bénéficiaires d'une bourse sur critères sociaux, espéraient bien arrondir leur pécule grâce à une bourse supplémentaire qui leur était réservée. Instauré en 2009 par Valérie Pécresse, elle se monte à 1 800 euros annuel pour 3 ans en ce qui concerne les étudiants en licence, pour deux ans pour les étudiants en master.C'est le énième avatar de leur suppression annoncée par Geneviève Fioraso dès 2013. Afin de créer un nouvel échelon, la secrétaire d'État à l'enseignement supérieur avait rayé d'un trait de plume ces bourses au mérite. Tollé. Renvoi de la mesure à l'année suivante. Sauf que les étudiants concernés ont de nouveau crié au scandale et expliqué avoir été pris au dépourvu. Pétition, activisme sur les réseaux sociaux. En septembre 2014, l'association "Touche pas à ma bourse, je la mérite" avait déposé une requête au Conseil d'État. Selon eux, l'existence de cette aide procédait d'un décret du Premier ministre et "il n'appartenait pas à un ministère de la supprimer par la simple voie d'une circulaire." Dans ce combat, le Conseil d'État accorde la première manche aux bacheliers. Il a suspendu vendredi la décision du ministère de l'Éducation nationale. Les étudiants boursiers ayant obtenu la précieuse mention pourront donc bénéficier des bourses au mérite suivant les...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4888303 le vendredi 17 oct 2014 à 13:05

    Quand on est nul ,on ne veut pas que certaines tetes dépassent !!!!!