Bourse : les valeurs du luxe sont-elles sur le point de manger leur pain noir ?

le , mis à jour le
0

Au premier trimestre de cette année, la croissance réelle du secteur du luxe s'est établie à 1 %, contre 5 à 6 % par an sur les cinq années précédentes, selon l'américain Bain & Company, baromètre du secteur. Heureusement, les marges des marques comme Louis Vuitton, Dior, Hermès et consorts demeurent robustes. Par exemple, pour le premier semestre 2016, le résultat opérationnel du sellier du Faubourg-Saint-Honoré progresse à 32,5 % avec un chiffre d'affaires de 2,44 milliards d'euros.

Malgré cela, le secteur suscite de sérieuses réserves de bureaux d'étude, comme JPMorgan. Chose inimaginable, il va même subir des licenciements économiques : le suisse Richemont (Cartier, Piaget, etc.) a, en effet, annoncé la suppression d'une centaine d'emplois dans ses ateliers du Locle et de La Chaux-de-Fonds. En cause : un Franc suisse très cher qui plombe les exportations horlogères. Ces dernières ont reculé de 3 % en 2015 et même plongé de près de 10 % à Hong Kong en mai.

Les marques du numéro un mondial du secteur LVMH (Tag Heuer, Fred, Hublot, etc.), s'en tirent à peine mieux : les ventes progressent de 4 % sur six mois, à 1,61 milliard d'euros, mais les marges font du surplace.

Cette réévaluation du franc suisse n'explique pas à elle seule le faux plat du secteur. Ni même la vague d'attentats qui a ensanglanté la France depuis un peu plus de dix-huit mois. Bien sûr, l'obligation de présenter un passeport biométrique aux frontières européennes a tari les flux de touristes chinois et asiatiques dans les zones de duty free des aéroports (7 % des ventes mondiales du secteur). Quant au shopping dans l'Empire du Milieu, le climat politique et économique du pays ne s'y prête pas vraiment. Comme au Brésil, en Russie ou dans les pays du Golfe, plombés par la chute des hydrocarbures et un contexte géopolitique brûlant.

Surtout, les marques sont contraintes à un grand écart : poursuivre dans la voie de la muni...

lire la suite sur votreargent.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant