BOURSE-Les télécoms plombés par l'abandon du projet TeliaSonera/Telenor

le
1

COPENHAGUE/FLORENCE, 11 septembre (Reuters) - Les opérateurs télécoms européens chutent en Bourse, plombés par l'abandon du projet des opérateurs suédois TeliaSonera TLSN.ST et norvégien Telenor TEL.OL de fusion de leurs filiales mobiles au Danemark faute d'accord avec les autorités européennes de la concurrence. Les deux groupes scandinaves avaient annoncé en décembre un projet de fusion de leurs activités mobiles danoises dans le but d'améliorer les marges sur leur marché le plus concurrentiel. Ce projet de fusion, qui aurait créé le plus gros opérateur télécoms du Danemark, inquiétait la Commission européenne car il aurait ramené de quatre à trois le nombre d'acteurs au Danemark. "Les deux sociétés n'ont pas pu s'entendre avec la Commission européenne sur des conditions acceptables pour pouvoir mener à bien leur projet de création d'un robuste opérateur mobile", ont dit TeliaSonera et Telenor dans des communiqués distincts, ajoutant qu'ils continueraient à examiner leurs options au Danemark. L'ensemble des télécoms accuse le coup après cette annonce, l'indice .SXKP perdant 1,8% vers 08h55 GMT, plus net recul sectoriel en Europe, dans des marchés orientés en baisse. L'opérateur danois TDC TDC.CO , qui tablait sur une concurrence moins vive du fait de cette fusion à partir de 2017, est en première ligne. Son titre chute de 5,3% à Copenhague, plus forte baisse de l'indice large européen Stoxx 600 .STOXX . "C'est une mauvaise nouvelle caractérisée pour TDC (...). La plupart des analystes avaient déjà pris en compte une amélioration sur le marché danois de la téléphonie mobile à partir de 2017", écrit le responsable de l'analyse chez Nordea Markets, Michael Borre, dans une note à ses clients. "Nous pensons toujours qu'une consolidation est nécessaire pour établir un environnement sain et viable, propice à l'investissement, sur le marché de la téléphonie mobile ici au Danemark," a déclaré pour sa part la directrice générale de TDC, Pernille Erenbjerg, dans un commentaire écrit envoyé à Reuters. La commissaire européenne à la Concurrence, Margrethe Vestager, a précisé vendredi que les deux opérateurs n'avaient pas proposé suffisamment de concessions pour calmer ses craintes de distorsion de concurrence sur le marché danois. "Nous avions de sérieuses inquiétudes. Pour moi, il était nécessaire d'avoir un quatrième opérateur mobile", a-t-elle déclaré à la presse en marge d'une conférence à Florence. A la question de savoir si elle s'apprêtait à bloquer la fusion, elle a répondu: "Nous nous acheminions vers cela." La commissaire européenne a ajouté qu'il ne fallait pas en tirer de conclusions en ce qui concerne les demandes de feu vert de Hutchison Whampoa HUWHF.PK pour des transactions en Italie, un projet de coentreprise avec le russe Vimpelcom VIP.O , et au Royaume-Uni, où le groupe asiatique veut racheter la filiale mobile de Telefonica TEF.MC , O2. La commissaire européenne examinera ces projets dans les mois à venir. Malgré cette précision, en Bourse, Telecom Italia TLIT.MI perd 2,76%, le britannique Vodafone VOD.L 1,4% et l'espagnol Telefonica 1,7%. A Paris, Orange ORAN.PA abandonne 2,1%, Bouygues BOUY.PA 2,6% et Numéricable-SFR NUME.PA 2%, le titre de sa maison-mère Altice ATCA.AS reculant de 3% à Amsterdam. (Ole Mikkelsen, Teis Jensen et Foo Yun Chee, Juliette Rouillon pour le service français, édité par Bertrand Boucey)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pelochon le vendredi 11 sept 2015 à 13:10

    Qu'est ce que c'est que cette commission européenne qui s'imiscie dans les affaires des entreprises, tout en donnant des leçons sur les migrants, mais sans jamais faire quoi que ce soit...