Bourse : les marchés souhaitent en savoir plus sur les intentions de Donald Trump

le
0

(AOF) - Les marchés européens ont enchainé une nouvelle séance hésitante, signant une légère hausse dans l'attente de nouveaux catalyseurs. La conférence de presse de Donald Trump, en cours au moment de la clôture en Europe, pourrait apporter ce soutien dont les indices ont besoin en ce début d'année pour relancer leur progression de fin 2016. Le CAC 40 a gagné 0,01% à 4 888,71 points et l'EuroStoxx 50 s'est adjugé 0,05% à 3 307,94 points. Aux Etats-Unis, le Dow Jones est stable à 19 857,4 points vers 17h30.

Les indices actions européens restent piégés depuis le début de l'année dans un canal horizontal dont ils n'arrivent pas, pour l'heure, à sortir. Ainsi, depuis le 02 janvier, date de la première séance de l'année, le CAC 40 a gagné 0,9% et évolue autour des 4 900 points sans parvenir à dépasser durablement ce seuil. L'indice parisien a ainsi atteint 4 909,84 points le 6 janvier avant de rechuter dès le lendemain et a signé hier un plus bas depuis le début de l'année à 4 888,23 points. Aujourd'hui, les marchés ont bien tenté de rebondir plus franchement et ont failli signer leur meilleure séance depuis le début de l'année mais cette tentative a fait long feu.

La raison de cette progression modérée des indices, qui tranche après le rally de la fin 2016, est essentiellement liée l'absence de catalyseurs clairs. Après l'euphorie qui a suivi l'élection de Donald Trump à la présidence des Etats-Unis, les investisseurs attendent maintenant de savoir si, une fois investi, le nouveau président se montrera aussi déterminé que pendant la campagne à relancer l'économie quitte à laisser filer les déficits. La conférence de presse que Donald Trump tient actuellement, à neuf jours de son investiture, pourrait donner quelques indices sur ses intentions.

Au chapitre des valeurs, Groupe PSA a bénéficié de la publication de ventes solides pour 2016 et s'est adjugé 3,38%, passant la journée à la première place du CAC 40. En revanche, Engie a été pénalisé par la cession par l'Etat de 4,11% de son capital et a perdu 2,98%. Les analystes ont aussi influencé l'évolution de plusieurs valeurs : Kering (+2,93%) a bénéficié de plusieurs relèvements d'objectifs de cours un mois avant ses résultats annuels alors que TF1 (-1,38%) a subi la dégradation de recommandation de Morgan Stanley. En toute fin de séance, Sanofi (-1,26%) a rejoint les principales baisses du marché parisien alors que Donald Trump, en début de conférence, a déploré le manque de concurrence dans le secteur de la pharmacie.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant