Bourse : les investisseurs fuient les banques et les assurances à l'approche du vote sur le Brexit

le , mis à jour à 14:05
9

Les marchés européens enregistraient une forte baisse vendredi 10 juin.
Les marchés européens enregistraient une forte baisse vendredi 10 juin.

Les marchés européens s’affichaient en nette baisse vendredi 10 juin. À 14h, le CAC40 perdait 2,04% à 4.315 points, le Dax 30 allemand perdant pour sa part 2,31% à 9.855 points à la même heure.

« Cela fait maintenant une dizaine de jours que les marchés européens sont plutôt baissiers » commente Xavier de Villepion, trader actions chez HPC.

Selon ce dernier, la baisse d’aujourd’hui comme des jours précédents est largement attribuable à la prudence des investisseurs à l’approche du vote sur une éventuelle sortie du Royaume-Uni de l’UE, le vote ayant lieu le jeudi 23 juin prochain.

Dans l’attente de cet événement, « c’est le fog absolu, le marché est illisible » affirme Xavier de Villepion. « Les gens fuient particulièrement les assurances et les banques à cause des incertitudes que font peser le scénario d’un éventuel Brexit sur l’activité de la City ».

Les deux secteurs étaient en effet fortement pénalisés vendredi. Au sein du CAC40, Axa perdait 3,58%, Société Générale 3,14%, BNP Paribas 2,99% et Crédit Agricole 2,46% vers 12h20.

Les inquiétudes des investisseurs sur le Brexit peuvent pourtant paraître exagérées étant donné que tous les sondages ont jusqu’ici donné le camp pro-européen vainqueur du référendum, malgré une marge d’avance variable et parfois faible.

Malgré cette éventuelle exagération, il faut reconnaître que « ce vote pour sortir de l’UE représente une situation inédite. Ce serait une véritable boîte de Pandore » commente le trader, « sans parler de la cacophonie politique qu’elle crée déjà au sein du camp conservateur britannique qui est déchiré à cause de sa frange populiste ».

Dans ces conditions, avant la survenue du référendum, « seuls les investisseurs les plus courageux oseront prendre des risques en bourse » commente Xavier de Villepion, même s’« il est vrai que si les Britanniques votent pour rester dans l'UE, on pourra s’attendre à une hausse des marchés de 3 ou 4% ».

Face au risque de Brexit, la réunion de la Fed du 15 juin prochain et la question de la remontée des taux directeurs américains n’aurait qu’une faible importance dans l’esprit des investisseurs. « La Fed fait bien les choses. Il semble clair qu’ils ne remonteront pas les taux en juin, et probablement pas non plus en juillet à cause des derniers chiffres de l’emploi » termine le trader.

Xavier Bargue (redaction@boursorama.fr)

Retrouvez tous les articles de la rédaction de Boursorama dans la rubrique dédiée.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fortunos il y a 6 mois

    bernerd se perd dans les zeros,il en a mis 2 de trop!!!

  • fortunos il y a 6 mois

    Ce vieillard has been,ex miterrandien ,n arriva pas a la cheville de celui qu il critique

  • syjo il y a 6 mois

    c'était mieux avant,vive le franc et la livre sterling !

  • M4358281 il y a 6 mois

    LOL ..achats à prévoir bientôt ..bonne opération

  • fquiroga il y a 6 mois

    alors là, si Villepion le dit.......maman j'ai peur......les robots sont en train de nos plummer....et, pendent que j'y suis, vive la Grande Bretagne libre!!!!!

  • lorant21 il y a 6 mois

    @benerd. pas faux, mais cela aggravera encore un peu les choses..

  • npi6711 il y a 6 mois

    le problème c'est UE...ce montre difforme...les europééens en ont mare de cette politique qui les saignent... ils ne récoltent que ce qu'ils sèment

  • woucoo42 il y a 6 mois

    ou la la qu'Est-ce qu'on a peur du Brexit lol

  • bernerd il y a 6 mois

    Qu'ils en sortent je m'en tape. Avec 200 milles milliards de dettes je pense que le vrai problème est bien ailleurs.