Bourse : « Le marché n'a rien à faire là » (Eric Galiègue)

le
10

Eric Galiègue souligne le risque de rechute des marchés à court terme, mais l'action des banques centrales permettrait d'éviter un scénario "catastrophe".
Eric Galiègue souligne le risque de rechute des marchés à court terme, mais l'action des banques centrales permettrait d'éviter un scénario "catastrophe".

Le marché traverse actuellement une phase délicate, tiraillé entre craintes et optimisme. Une situation qui risque de se traduire par une nouvelle dégradation à court terme malgré le soutien des banques centrales.

Eric Galiègue, président de Valquant Recherche et du Cercle des analystes indépendants, n'y va pas par quatre chemins. Selon lui : « le marché n'a rien à faire là ». Une affirmation tranchée qui signifie que le niveau du CAC40 devrait rapidement s'éloigner de ses niveaux actuels.

Signaux négatifs macroéconomiques

Les signaux négatifs sont là, aussi bien du point de vue fondamental (macroéconomique) que technique (analyse graphique). Pour rappel, les indicateurs macroéconomiques inquiétants proviennent notamment d'Allemagne avec une faible croissance et une faible production industrielle dans le cadre d'une économie très cyclique. Pour Eric Galiègue : « Tout converge pour dire : l'Allemagne, c'est fini ! ».

De même, le FMI a rabaissé ses prévisions de croissance européenne et les bénéfices des entreprises du Vieux continent ont tendance à s'essouffler selon certains indicateurs avancés.

Le CAC40 sous sa moyenne mobile à 200 jours

Côté technique, Eric Galiègue souligne le passage du CAC40 sous sa moyenne mobile à 200 jours (MM200) depuis la fin du mois de septembre. « Une force baissière s'est exprimée » affirme-t-il, notamment dans la première moitié du mois d'octobre.

Le passage sous une moyenne mobile est toujours mauvais signe, et ceci d'autant plus que cette moyenne est de long terme. En se basant sur des données historiques, Eric Galiègue note que les probabilités de pertes sont de 68% lorsqu'un indice est sous sa MM200, tandis que les probabilités de hausse sont seulement de 32%. Autrement dit : n'achetez pas maintenant, le risque est élevé et les rendements potentiels sont faibles.

Valquant garde néanmoins l'espoir de voir le CAC40 repasser à la hausse cette MM200 actuellement située vers 4350 points. Si toutefois l'indice ne se redépasse pas rapidement ce niveau, le signal vendeur serait fort et laisserait envisager « une baisse rapide des cours de l'ordre de 20% ».

D'autres signaux restent néanmoins dans le vert

Pour autant, Eric Galiègue relativise cette alerte. La prudence est certes de mise, mais d'autres éléments pourraient soutenir le marché.

L'optimisme vient notamment des Etats-Unis. Du côté américain, rien ne semble en mesure d'inquiéter véritablement les investisseurs. Le S&P 500 a certes chuté mi-octobre, mais la reprise a été immédiate et l'indice américain a de nouveau dépassé ses plus hauts historiques (ainsi que sa MM200). « Les US sont repartis sur une allure très haussière » constate Eric Galiègue. Or, les indices américains entraînent globalement les autres indices mondiaux dans leur sillage.

Autre source d'optimisme : les banques centrales. En premier lieu la BCE, qui pourrait annoncer des rachats d'obligations privées et même d'ETF (trackers), ce qui signifie des achats indirects d'actions sur les marchés. En soutenant la demande de titres, la BCE impacterait positivement le niveau des cours. A ceci s'ajoutera l'action de la Banque du Japon (BoJ) qui a annoncé vendredi un « quantitative easing » massif pour soutenir les marchés. Le projet de la BoJ est colossal en prévoyant une augmentation de 50% du total de son bilan en seulement un an.

33% de probabilité d'une « catastrophe »

Valquant Recherche publie chaque mois une mise à jour de ses scénarios de marché à court terme. En ce début novembre, les probabilités calculées d'après les indicateurs précédemment évoqués sont les suivantes :

* 33% de probabilité d'une « catastrophe » (forte baisse) ;

* 58,5% de probabilité d'une stagnation ;

* 8,5% de chances d'une croissance des marchés.

Les prévisions se dégradent donc légèrement par rapport au mois dernier où la probabilité d'une « catastrophe » était de 32%. En début d'année, cette même probabilité était de seulement 12%.

Un modèle qui devrait inciter les investisseurs à se montrer très prudents sur les marchés actions. A plus long terme les prévisions sont plus optimistes : l'objectif affiché sur le CAC40 dans un an (pour novembre 2015) est situé entre 4500 et 4600 points selon Valquant.

Xavier Bargue

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlemonn4 le mardi 4 nov 2014 à 16:57

    Prévisions: Retour du CAC dans un premier temps à 3500/3600!

  • mlemonn4 le mardi 4 nov 2014 à 16:56

    Il va redescendre aussi vite qu'il est monté dans le vide! il n'y a pas d'investisseurs finaux en France (ils n'ont pas les moyens) et les étrangers ayant investi plus de 50% de la capi, aimeraient bien sortir aux vues des pitoyables résultats, perspectives économiques de la France mais surtout, du risque politique français qui grandit chaque jour et pèsera sur l'Europe; la crise financière n'est pas derrière nous mais bien devant, contrairement à ce que nos élites technocratiques nous disent!

  • rj99 le mardi 4 nov 2014 à 16:36

    Y'en surement quelques grands investisseurs derrière cela qui cherchent à se placer à) bas coût. A surveiller donc et puis après un hypothétique trou d'air avec les PER raisonna ça repartiura de l'avant

  • M6111389 le mardi 4 nov 2014 à 16:28

    ERIC GALIEGUE ... Le CAC40 n'a rien à voir avec la France ... constitué de multinationales c'est l'économie mondiale qui l'entraîne vers le bas ou le haut ... il s'agît simplement de prendre un peu de temps pour observer et comprendre ce qui se passe.

  • slivo le mardi 4 nov 2014 à 16:20

    C'est fou le nombre de "spécialistes" que l'on croise... Tellement spécialistes qu'il n'y en a pas 2 qui disent la même chose et aucun qui est dans le réel à court-moyen terme. Je prévois un CAc à 9876 en 2025, le 6 juillet exactement. Si, si...

  • lecoy81 le mardi 4 nov 2014 à 16:10

    Eric GALIEGUE, je serais curieux de savoir qui paye cet incompétent, une buze de 1er en résumé si cela ne monte pas cela risquerait de baisser, voire de stagner! une buze simplement une buze

  • M5707335 le mardi 4 nov 2014 à 15:52

    Pour autant, Eric Galiègue relativise cette alerte pour les mois avenir

  • lorant21 le mardi 4 nov 2014 à 15:49

    La forte baisse? Elle a déjà eu lieu (en partie?).

  • Raf07Ard le mardi 4 nov 2014 à 15:45

    Quand est ce que l'on va regarder les résultats des entreprises et les politiques menées par celles-ci et par les Etats pour anticiper la valeur du marché plutôt qu'une moyenne mobile et des statistiques fondées sur le 'sentiment' de tel ou tel analyste, qu'il a lu dans sa boule de cristal. On ne s'étonnera pas dans ces conditions du comportement souvent incompréhensible des cours de tel action ou indice ...

  • faites_c le mardi 4 nov 2014 à 15:45

    "Les prévisions se dégradent donc légèrement par rapport au mois dernier où la probabilité d’une « catastrophe » était de 32%. " C'est vrai que 33% au lieu de 32% avec un modèle précis à +/- 10% c'est un gros changement! Quant aux prévisions pour novembre 2015, grosso-modo ce Mr nous dit que le CAC va faire du surplace jusqu'à l'année prochaine!!! Dans ces conditions autant tout vendre et attendre la fin de l'année 2015!