Bourse de Shanghai : «Ils ont juste fermé une salle de jeux du casino !»

le
0
Un épargnant chinois regarde le tableau d'affichage des valeurs cotées à Shanghai. (© J. Eisele / AFP)
Un épargnant chinois regarde le tableau d'affichage des valeurs cotées à Shanghai. (© J. Eisele / AFP)

La crainte d’un Grexit monopolise l’attention. Les marchés financiers ne prêtent donc qu’un œil et une oreille distraits au dégonflement de la bulle des Bourses chinoises entrées dans leur troisième semaine de débâcle. Avec la chute d’environ 30% des grands indices boursiers du pays, depuis le 12 juin dernier, ce sont pourtant plus de 2.700 milliards d’euros de capitalisation boursière qui sont partis en fumée.

Bloc "A lire aussi"

Mardi, l’indice Shanghai Composite a encore perdu jusqu’à 5,1% en séance, avant de terminer en baisse de 1,3%. Et l’indice Shenzhen Composite, plus exposé aux sociétés chinoises de technologie, a encore abandonné 5,3%, le même jour, après avoir affiché, il est vrai, un bond de 122% en un an, à la mi-juin dernier.

Les mesures techniques prises par les autorités boursières chinoises pour limiter les positions à terme à gros effet de levier (hausses des courtages, relèvement des appels de marge, etc.) n’y font rien. La banque centrale chinoise a même improvisé une mesure «non conventionnelle» de politique monétaire, en rachetant sur le marché des titres de sociétés d’Etat cotées en Bourse, sans doute dans les secteurs de l’énergie et de la banque. Mardi, l’action Petrochina a ainsi gagné 4,2% et celle de la Banque agricole chinoise de 6,7%

Aux Bourses de Shanghaï et Shenzhen, Bloomberg

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant