Bourse : DBV Technologies lève 200 M¤ aux Etats-Unis

le
0
Bourse : DBV Technologies lève 200 M€ aux Etats-Unis
Bourse : DBV Technologies lève 200 M€ aux Etats-Unis

Collecter 200 M€ le temps... d'un feu d'artifice ! C'est le pari audacieux et incroyable lancé aux Etats-Unis la nuit dernière par la société française DBV Technologies, au moment même où, à Paris, la tour Eiffel s'éclairait de mille feux. Un appel de fonds sans précédent pour une société française de biotechnologie et un pari réussi. L'annonce sera faite aujourd'hui et sans doute applaudie par les marchés car, parmi les investisseurs qui croient dans cette petite française innovante, figure le très célèbre fonds spécialisé dans les biotechs : Baker Brothers.

DBV, pourtant, ne vend rien. Enfin pas encore. Pas avant 2018, même année où elle devrait toucher le jackpot grâce à son produit phare sans équivalent dans le monde : un patch de désensibilisation à l'arachide : Viaskin Peanut. « L'allergie à l'arachide est un vrai problème de santé public outre-Atlantique, où l'on compte trois millions de personnes souffrant de formes sévères de cette allergie », souligne Pierre-Henri Benhamou. Ce pédiatre, expert des problèmes digestifs, est le PDG fondateur de cette start-up installée en 2002 à Bagneux (Hauts-de-Seine). Cotée à la Bourse de Paris depuis trois ans, DBV est entrée au Nasdaq américain en novembre dernier, où elle fait figure de première société de biotech française cotée outre-Atlantique.

De 17 salariés à une centaine d'embauches prévues

Une aventure folle, quand on sait qu'avant même d'avoir mis sur le marché son premier produit, cette entreprise est déjà valorisée en Bourse à plus de 1,3 Md€. C'est que DBV affiche déjà douze ans d'activité, essentiellement de recherche, et pas moins de dix-huit familles de brevets déposés, qui lui permettront non seulement de développer Viaskin Peanut, « mais aussi, explique le directeur général délégué, David Schilanski, d'autres patchs antiallergies, d'abord au lait, en 2020, puis aux œufs, en 2022 ». Autant de marchés énormes ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant