BOURSE-Attention aux risques asymétriques sur les actions-Dorval

le
0
    PARIS, 20 juin (Reuters) - Les marchés actions bénéficient 
d'un environnement exceptionnel mais les risques asymétriques, à 
savoir un impact plus fort des mauvaises nouvelles que des 
bonnes, sont à surveiller, estiment les experts de Dorval Asset 
Management. 
    "Le retour de la croissance, la baisse du risque politique 
et la prospérité des entreprises justifient le retour de la 
confiance sur les marchés actions, en particulier en Europe", a 
déclaré mardi François-Xavier Chauchat, membre du comité 
d'investissement de Dorval AM, lors d'un point de presse. 
    Avec des valorisations tendues, même si la prime de risque 
des actions par rapport aux obligations demeure confortable, les 
attentes des investisseurs sont fortes et leur confiance 
peut-être facilement ébranlée, ajoute-t-il toutefois. 
    "Les risques deviennent plus asymétriques, ce qui veut dire 
que les effets négatifs des mauvaises nouvelles peuvent être 
plus importants que les effets positifs des bonnes nouvelles", 
précise-t-il. 
    Pour les équipes de Dorval AM, un contexte macroéconomique 
global plus favorable et le maintien des taux d'intérêt réels à 
des niveaux extraordinairement bas plaident comme rarement en 
faveur des actions. 
    Les scénarios de risques existent cependant, 
préviennent-ils. La probabilité d'un ralentissement de la 
croissance chinoise entraînant une forte baisse des matières 
premières est jugée faible, de même que celle d'une spirale 
baissière sur le dollar, avec une inflation décevante qui 
stopperait le processus de hausses des taux de la Réserve 
fédérale, sans parler d'un échec de Donald Trump à imposer une 
stimulation budgétaire. 
    Le gérant d'actifs pointe deux autres risques plus sérieux, 
selon lui. D'abord une confiance dans les actions tournant à 
l'euphorie pendant l'été, menant à une surévaluation boursière 
puis à une forte correction. La probabilité d'un tel scénario 
est jugée moyenne. 
    Autre risque, à la probabilité plutôt forte, selon Dorval AM 
: la normalisation des taux d'inflation avec l'amélioration de 
la croissance mondiale qui pourrait provoquer une nouvelle phase 
de hausse des taux à long terme. Les actions les plus sensibles 
aux taux d'intérêt chuteraient alors, entraînant une plus grande 
volatilité des indices boursiers.       
 
 (Patrick Vignal, édité par Blandine Hénault) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant

Partenaires Taux