Bourse - Analyse AOF France/Europe - Fin de semaine atone

le
0

(AOF) - Les marchés actions européens sont en léger repli à l'approche de la mi-séance. Les investisseurs n'ont guère réagi au timide ralentissement de la croissance du secteur privé européen au mois de juin. En l'absence d'informations majeures en provenance des entreprises, les opérateurs affichent leur prudence malgré la stabilisation des cours du pétrole ce matin. Le baril de WTI américain gagne 0,4% à 42,93 dollars mais accuse un repli hebdomadaire de 4%. Vers 11h15, le CAC 40 abandonne 0,16% à 5 274,07 points tandis que l'Euro Stoxx 50 cède 0,31% à 3 544,91 points.

A la Bourse de Paris, Quantel (-3,31% à 5,85 euros) ne profite pas du rapprochement annoncé avec le groupe Keopsys qui se traduira pourtant par une croissance de plus de 25% de son chiffre d'affaires, à 80 millions d'euros. Le titre du spécialiste du laser subit d'abord des prises de bénéfices alors qu'il reste proche de son plus haut niveau depuis six ans. Ensuite, des investisseurs décident de "vendre la nouvelle" alors que ce rapprochement était prévisible depuis le changement de gouvernance du 19 octobre dernier. Le titre Quantel a bondi de plus de 57% depuis cette date.

AB Science bondit de 10,3% à 10,60 euros, soutenu par une bonne nouvelle. La annoncé que de nouvelles données positives de son étude de phase 3 dans le traitement de la mastocytose systémique sévère feront l'objet d'une présentation orale au 22e congrès de l'Association Européenne d'Hématologie qui se déroulera du 22 au 25 juin 2017 à Madrid.

Les chiffres macroéconomiques

L'Insee a relevé de 0,1 point, à 0,5%, son estimation de la croissance du premier trimestre en France. La consommation des ménages est restée stable alors qu'elle avait été annoncée en hausse de 0,1% alors que les dépenses d'investissement ont été confirmées en croissance de 1,2%. La contribution des importations est passée de 1,4% à 1,2% dans la version révisée et celle des exportations de -0,8% à -0,7%.

Le pouvoir d'achat des ménages français est resté globalement stable au premier trimestre, a indiqué l'Insee. D'un côté, leur revenu disponible brut a légèrement accéléré sa progression, à +0,6% contre +0,4% sur les trois mois précédents. Mais, dans le même temps, les prix à la consommation des ménages ont augmenté plus vite au premier trimestre 2017 qu'au quatrième trimestre 2016 (+0,5 % après +0,3 %). Parallèlement à la stabilisation de leur pouvoir d'achat, les ménages ont maintenu leur taux d'épargne quasi stable : il s'établit à 14% de leur revenu après 13,9% au quatrième trimestre 2016.

L'indice flash des directeurs d'achat (PMI) Composite publié par IHS-Markit pour la France en juin est ressorti à 55,3. Il s'élevait à 56,9 en mai et le consensus Reuters le donnait à 56,7. Dans le détail, le PMI Flash Services est ressorti à 55,3 contre 57,2 en mai et 57 prévu. Le PMI Manufacturier a atteint pour sa part 55 après un mois de mai à 53,8 et un consensus Reuters de 54.

En Allemagne, l'indice flash PMI Composite d'IHS Markit s'est établi en juin à 56,1 après 57,4 en mai, au plus bas depuis 4 mois. Le consensus le donnait à 57,3. Dans les services, l'indice est ressorti à 53,7 après 55,4 en mai. Le marché visait 55,5. L'indice manufacturier a atteint 59,3 après 59,5 en mai. Il était attendu à 59.

En zone euro, l'indice Flash PMI IHS Markit composite s'est établi en juin à 55,7 après 56,8 en mai. Les économistes tablaient sur 56,6. Dans les services, l'indice a atteint 54,7 après 56,3 en mai et contre un consensus de 56,2. L'indice manufacturier est ressorti, lui, à 57,3 après 57 en mai. Le marché le donnait à 56,8.

Aux Etats-Unis, l'indice flash PMI Composite sera dévoilé à 15h45 et les ventes de logements neufs de mai seront connues à 16h00.

A 11h, l'euro cote 1,1168 dollar, en hausse de 0,14%.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant