Bourges : un chirurgien accusé d'homicide sur un patient

le
0
Bourges : un chirurgien accusé d'homicide sur un patient
Bourges : un chirurgien accusé d'homicide sur un patient

Que s'est-il passé le 14 janvier dernier au bloc de l'hôpital de Bourges (Cher) où Henry Latour, 60 ans, est décédé lors d'une banale opération de la prostate ?

Selon nos informations, une enquête préliminaire est en cours, à la suite d'une plainte pour « homicide involontaire » déposée contre un chirurgien urologue par la famille de la victime le 3 mars auprès du procureur de la République de Bourges. Leur avocat, Philippe Courtois, dénonce « une affaire tout à fait hors norme » et estime que le chirurgien a commis « plusieurs fautes caractérisées à l'origine du décès du patient ». Il décrit « un comportement parfaitement inadapté, une agressivité, un état hystérique, des insultes et des menaces envers les autres personnels », mais aussi « une insuffisance de maîtrise de certains gestes chirurgicaux réalisés de façon brutale et violente qui ont causé une hémorragie importante », et enfin une « non-prise en charge des hémorragies » malgré les rappels de ses collègues du bloc opératoire.

«Cette intervention était une véritable boucherie»

Selon le rapport de l'anesthésiste, adressé à la direction de l'hôpital, le chirurgien entre ce jour-là en salle « agité, en colère, parlant fort ». « C'est à nouveau du matériel de merde » lance-t-il, avant d'insulter une infirmière. Un coordinateur du bloc estime que « le chirurgien n'est pas dans son état normal, inaccessible à tout raisonnement ». Mais il n'y a pas d'autres urologues disponibles pour opérer. Alors que le chirurgien « hurle », l'anesthésiste lui rappelle « que le patient est sous rachianesthésie et entend tout ». Décision est alors prise d'endormir le patient. Selon le compte rendu, minute par minute, l'intervention tourne alors au cauchemar. « Le chirurgien continue à pratiquer des gestes brutaux et violents à l'origine des fortes pertes hémorragiques, plus de 5 litres », sans que les apports ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant