Bourg-Péronnas : au stade des discussions

le
0
Bourg-Péronnas : au stade des discussions
Bourg-Péronnas : au stade des discussions

En cas de victoire contre Boulogne, le FC Bourg-Peronnas jouera en Ligue 2. Aussi historique qu'improbable en début de saison, ce scénario bousculerait des habitudes innocentes au milieu professionnel. Dans les coulisses, on s'active pour rassurer la Ligue de football professionnel.

C'est l'effervescence. Plus encore depuis le match nul ramené de Paris la semaine dernière (1-1). Parce que, plus que jamais, le FC Bourg-Peronnas tient dans son jeu les cartes d'un avenir en Ligue 2. Évidemment une première pour la préfecture de l'Ain. Ce vendredi soir, le stade municipal de Peronnas sera en ébullition, avec près de 3000 personnes pour accueillir l'US Boulogne dont la saison se termine en roue libre sur les bords de la côte d'opale. Une victoire et les Burgiens basculeront dans un autre monde, celui du professionnalisme. Un scénario pour lequel le club n'était pas vraiment préparé. En début de saison, le maintien était le seul objectif. Et au regard des deux premières rencontres de championnat, l'ambition était raisonnable : deux défaites, Colmar et Boulogne. Et puis, des séries de quatre à cinq matchs sans défaites, des victoires claquantes à Marseille, contre Strasbourg et le Red star, voilà Bourg-Peronnas disputant la place de leader au Paris FC début 2015. Si la question était de savoir si les joueurs d'Hervé Della Maggiore allaient tenir la cadence dans le dernier col, la réponse a été en partie donnée par Pape Sané, auteur de 21 réalisations, avant le dernier match de ce week-end.

"Tout ça n'aura servi à rien si on ne gagne pas "


Avec la deuxième meilleure attaque de National et la troisième meilleure défense, Bourg-Peronnas est plus qu'un candidat crédible à la montée. "On a passé toute la saison sur le podium et le dernier match contre le Paris FC n'a fait que conforter nos ambitions. Après, tout ça n'aura servi à rien si on ne gagne pas Boulogne. Il y a une pression inévitable du fait de jouer une saison sur un match ", admet l'entraîneur, qui n'a pas connu que des heures de gloire avec son club. Synonyme d'un exercice réussi, il a été élu à la tête de l'équipe type de National. "Je suis dans le match, je savourerai cette distinction si on monte." Avec lui, ils sont trois à être dans l'équipe rêvée de National : le milieu de terrain Jimmy Nirlo et Pape Sané. Le Sénégalais a été élu également meilleur joueur de National lors de la cérémonie des Trophées organisée par la FFF et Ma Chaîne Sport. Pour le club du président Gilles Garnier, dont le budget annuel pourrait passer à 4,5 millions d'euros, en partie grâce aux droits télé qui s'élèvent à 3 millions pour la L2, tout s'est accéléré.





Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant