Bourbon a cédé pour 770 millions de dollars de navires en 2013

le
0

par Gilles Guillaume

PARIS (Reuters) - Bourbon a cédé l'an dernier 31 navires pour 770 millions de dollars (565 millions d'euros), ce qui lui a permis de diminuer sa dette nette d'environ 500 millions d'euros à fin 2013.

Le spécialiste des services maritimes pour l'offshore pétrolier, qui affichait 2,1 milliards d'euros de dette nette fin 2012, a désormais signé pour 1,65 milliard de dollars de cessions de navires sur un objectif de 2,5 milliards pour 2013-2014 dans le cadre de son plan "Transforming for beyond" pour se désendetter et préparer sa croissance future.

En Bourse, le titre Bourbon prend 2,51% à 20,585 euros à 10h15, signant la plus forte hausse de l'indice SBF 120 (+0,22%), dans des volumes représentant déjà plus de 80% de leur moyenne quotidienne réalisée ces trois derniers mois.

Le groupe a vendu 21 navires au chinois ICBCL et trois à Standard Chartered Bank pour un total de 587 millions de dollars dans le cadre de son plan de transformation. Parallèlement, il a également cédé sept navires pour 183 millions.

Ces cessions ont dégagé une plus-value d'environ 180 millions de dollars.

Le groupe a également indiqué avoir signé fin novembre un nouveau contrat de vente et de reprise en location coque-nue de six navires auprès de la Standard Chartered Bank. Cette opération, pour un montant total de 150 millions de dollars, a été en partie réalisée sur l'année écoulée.

"Nous travaillons sur d'autres dossiers pour monter graduellement en puissance et aller vers cet objectif de 2,5 milliards de dollars", a déclaré le directeur général Christian Lefèvre au cours d'une téléconférence. "Cela se fera au cours de l'année 2014 et début 2015 probablement."

Bourbon a confirmé s'attendre à un retour à un cash flow positif au second semestre et sur l'ensemble de 2013. Il a également indiqué que la stabilité actuelle du prix du baril était propice aux investissements de ses clients pétroliers.

"En termes d'activité sur le court-moyen terme, c'est-à-dire horizon un an, on est toujours très confiant parce qu'on voit une forte demande en navires offshore par les clients", a ajouté Christian Lefèvre. "Beaucoup de projets, décalés dans les années passées, se réalisent."

Edité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant