Boulettes d'hydrocarbures : les communes les plus touchées seront indemnisées

le
0
Boulettes d'hydrocarbures : les communes les plus touchées seront indemnisées
Boulettes d'hydrocarbures : les communes les plus touchées seront indemnisées

Les communes du littoral Atlantique les plus touchées par l'arrivée de boulettes d'hydrocarbures sur leurs plages après les récentes tempêtes pourront être aidées financièrement, même si le plan Polmar n'a pas été déclenché, a annoncé le ministre de l'Ecologie Philippe Martin.

«Le plan Polmar (un plan d'intervention déclenché en cas de pollution marine importante, ndlr) n'a pas été activé, et c'est bien normal avec ces petites boulettes, mais ce n'est pas pour autant que les communes les plus touchées ne pourront pas avoir accès aux financements» du fonds Polmar, a assuré le ministre, joint au téléphone à son arrivée en Bretagne.

Une bonne nouvelle pour plusieurs communes du littoral de Loire-Atlantique qui ont déposé plainte ou s'apprêtaient à le faire après l'arrivée de boulettes d'hydrocarbures sur leurs plages, la semaine dernière. 

Michèle Quellard, maire du Croisic, a annoncé avoir porté plainte dès vendredi après l'arrivée de ces boulettes et galettes d'hydrocarbures sur les plages de sa commune. Le même phénomène a été signalé depuis mercredi dans les départements voisins du Morbihan et de la Vendée.

«Ca vient de la mer, ce n'est pas la responsabilité de la commune, on va demander avec insistance un dédommagement», a déclaré Mme Quellard, notant que dix employés municipaux le matin et autant le soir étaient occupés au ramassage du fioul.

Les communes de Saint-Brévin-les-Pins et de Piriac-sur-Mer devaient également porter plainte dans la journée.

Dans un communiqué, le président du Conseil général de Vendée, Bruno Retailleau (UMP), a indiqué qu'en fonctions des résultats d'analyses de ces hydrocarbures, il se «réserve le droit de porter plainte contre X afin de faire poursuivre l'éventuel navire qui aurait procédé à un dégazage sauvage au large de nos côtes».

Lors d'une visite lundi sur une plage d'Olonne-sur-Mer (Vendée), Bruno Retailleau «a pu constater la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant