Bouches-du-Rhône : les pharmaciens entament une grève des gardes

le
2
Bouches-du-Rhône : les pharmaciens entament une grève des gardes
Bouches-du-Rhône : les pharmaciens entament une grève des gardes

« L'Etat n'a pas tenu ses engagements prévus par la convention de mai 2012 signée entre les pharmaciens, la Caisse nationale d'assurance maladie et les pouvoirs publics. » Charles Fauré, président du Syndicat général des pharmaciens des Bouches-du-Rhône traduit le mécontentement qui monte dans les officines de ce département.

Ces pharmaciens entament en effet, ce lundi, une grève reconductible des gardes qu'ils assurent la nuit, les week-ends et jours fériés à tour de rôle. Ce mouvement aura pourtant peu d'effets concrets sur les malades. La préfecture a en effet décidé de réquisitionner certaines pharmacies, là aussi à tour de rôle et dans toutes les communes, afin qu'il n'y ait pas de rupture dans l'approvisionnement en médicaments. Cette réquisition durera le temps de la grève et la liste des réquisitionnés a été mise en ligne sur le site Internet de l'agence régionale de santé Paca.

Les pharmaciens dénoncent une baisse de leur revenu, dont l'accord de 2012 prévoyait qu'il serait compensé par un nouveau mode de rémunération, un honoraire s'ajoutant au prix du médicament. « Le médicament est la seule variable d'ajustement de la politique de santé des gouvernements successifs! » confirme leur syndicat. « Les prix des médicaments sont en fortes baisses et plus de mille pharmacies ont fermé ces cinq dernières années en France. »

Un mouvement purement symbolique

Les pharmaciens des Bouches-du-Rhône vont également refuser de signer l'avenant sur les génériques 2013 proposé individuellement par les délégués de l'assurance maladie, ce qui bloquera la substitution de certains médicaments. Les professionnels affiliés aux syndicats ont déjà empêché le basculement en générique de trois molécules au printemps.

« La profession va mal et l'assurance maladie veut passer en force à un moment où nous sommes victimes de la concurrence des grandes surfaces et de la vente ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le lundi 5 aout 2013 à 11:13

    Il n'est plus à démonter que se présenter avec une ordonnance mortelle, ne pose aucun problème au vendeur, qui officie en pharmacie comme au super marché du coin.

  • frk987 le lundi 5 aout 2013 à 11:12

    Le jour où les pharmaciens feront leur boulot de pharmaciens, je serait de tout cœur avec eux, actuellement ce sont des épiciers. Donc le fonds de commerce d'une officine vaut effectivement le prix d'une épicerie.