Boston: une nouvelle génération venue au jihad par internet ?

le
0
Boston: une nouvelle génération venue au jihad par internet ?
Boston: une nouvelle génération venue au jihad par internet ?
Les deux suspects de l'attentat de Boston, des Tchétchènes ayant grandi aux Etats-Unis, pourraient correspondre au profil d'une nouvelle génération venue au jihad par internet qui choisissent de frapper sur place, selon des experts.Les motivations de Tamerlan Tsarnaev, 26 ans, mort dans la nuit de jeudi à vendredi, et de son cadet Djokhar, 19 ans, blessé et arrêté près de 24 heures plus tard au terme d'une gigantesque chasse à l'homme, restent floues à l'heure actuelle."Manifestement, ce soir il y a encore de nombreuses questions sans réponse", a reconnu le président Barack Obama lors d'une intervention après la capture de Djokhar Tsarnaev."Pourquoi de jeunes hommes qui ont grandi et étudié ici parmi nous, dans notre pays, ont recours à une telle violence? Comment ont-ils planifié et mené ces attentats? Et ont-ils reçu de l'aide", a-t-il énuméré.L'aîné avait bien été interrogé par le FBI "à la demande d'un gouvernement étranger" mais la police fédérale a indiqué à l'AFP qu'"aucune information suspecte" n'en était sortie.Pour Frank Cilluffo, directeur de l'institut sur la sécurité intérieure de l'Université George Washington, les actes et les méthodes des deux frères montrent "clairement une radicalisation aux forts relents internationaux".Musulmans et Tchétchènes, ils sont arrivés avec leur famille comme réfugiés vers 2003 à Cambridge, près de Boston, selon le récit de leur oncle. Djokhar n'avait pas 10 ans."Le déracinement rend les jeunes plus facilement tentés par le discours radical", commente Bayram Balci, spécialiste du Caucase à la Carnegie, un groupe de réflexion de Washington."Il semble que le problème soit moins qu'ils aient pu ou non s'entraîner dans des camps en Tchétchénie, que leur radicalisation sur les réseaux sociaux", argue Seth Jones, spécialiste du terrorisme islamiste à la Rand Corporation.Vidéos islamistesTamerlan...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant