Boston : les frères Tsarnaev influencés par internet ?

le
0
Boston : les frères Tsarnaev influencés par internet ?
Boston : les frères Tsarnaev influencés par internet ?
Les enquêteurs espèrent pouvoir interroger le cadet des deux frères d'origine tchétchène, suspectés d'avoir été les auteurs de l'attentat du marathon de Boston. Alors que l'aîné Tamerlan, 26 ans a été tué jeudi soir lors d'une course poursuite avec la police, Dzhokhar, 19 ans, arrêté dans la nuit de vendredi à samedi et grièvement blessé est hospitalisé à l'hôpital Beth Israel de Boston sous surveillance policière, là où des victimes de l'attentat sont également hospitalisées. D'après un expert, leur radicalisation s'est faite via internet.

Les motivations de Tamerlan Tsarnaev, 26 ans, mort dans la nuit de jeudi à vendredi, et de son cadet Dzhokhar, 19 ans, blessé et arrêté près de 24 heures plus tard au terme d'une gigantesque chasse à l'homme, restent floues. «Pourquoi de jeunes hommes qui ont grandi et étudié ici parmi nous, dans notre pays, ont recours à une telle violence ? Comment ont-ils planifié et mené ces attentats ? Et ont-ils reçu de l'aide ?», s'est interrogé le président américain Barack Obama.

Les deux frères avaient immigré en 2003 aux Etats-Unis, et vivaient depuis plusieurs années à Cambridge, dans la banlieue de Boston. Si Tamerlan affirmait n'avoir «aucun ami américain», il avait épousé une femme de cette nationalité et avait une fille, d'après le «Washington Pos»t. Toutefois, selon notre envoyé spécial, ses relations de couple s'étaient détériorées. Les forces de l'ordre avaient dû intervenir en 2009 pour violences conjugales. Djokhar, qui n'avait pas 10 ans à son arrivée aux Etats-Unis, semblait totalement intégré. Il avait obtenu une bourse pour sa seconde année de médecine. Il avait obtenu la citoyenneté américaine le 11 septembre 2012.

L'aîné s'était rendu au Daguestan en 2012

Le FBI a indiqué qu'il avait interrogé Tamerlan en 2011 «à la demande d'un gouvernement étranger» non précisé. Selon une source policière citée par le New York Times,...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant