Borloo veut imposer la diversité à la majorité

le
0
Le président du Parti radical, celui du Nouveau Centre, Hervé Morin, et leurs amis ont mis en place la direction de l'Alliance.

Nadine Morano moque sa coiffure chez Laurent Ruquier. Sur France Inter, Nathalie Kosciusko-Morizet juge sa «stratégie un peu compliquée» et ses hésitations peu compatibles avec la fonction présidentielle. Et les noms de ses fidèles sont une nouvelle fois avancés dans l'entourage du président de la République comme de possibles ministrables. Jean-Louis Borloo, parce que possible candidat à la présidentielle, est sous la pression de l'UMP.

Le président du Parti radical n'en fait pas mystère. Il ne veut pas, non plus, en faire grand cas. «J'avais été prévenu, dès le départ, que je serai "mieux protégé à l'intérieur qu'à l'extérieur", confie-t-il. Je ne suis donc surpris de rien.» «On a vu le ton subitement se durcir contre nous depuis l'affaire Strauss-Kahn», raconte Dominique Paillé. L'ancien porte-parole de l'UMP, aujourd'hui rallié à Jean-Louis Borloo, explique «ce regain de tensions» par «une nervosité mal contrôlée». «Ils sont en pa

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant