Borloo soigne son profil social

le
0
Pour l'Élysée, le ministre de l'Écologie présente l'avantage de faire bouger les lignes de l'électorat centriste.

«C'est un débat inélégant», a déclaré, ce dimanche, Jean-Louis Borloo sur Canal+, à propos du «mercato» des premiers ministrables. Le remplacement ou non de François Fillon à Matignon relèvera d'«un choix politique» d'adaptation à la réalité du moment, a-t-il estimé, en répondant à une question sur la formation d'un nouveau gouvernement par Nicolas Sarkozy. Le ministre de l'Écologie a aussi plaidé pour un choix politique qui, en creux, lui donne la préférence: «Plus il y a des crises, plus il y a un besoin de justice sociale. Il faut tendre la main aux plus fragiles», a-t-il résumé. Borloo, qui était ce dimanche interrogé dans l'émission «Dimanche +», a aussi ironisé sur la condescendance dont font preuve les commentateurs qui ne le jugent pas à la hauteur de la fonction de premier ministre: «On a dit cela quand je suis devenu maire de Valenciennes, quand on m'a nommé au gouvernement, puis quand j'ai été promu ministre du pôle de cohésion socia

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant