Borloo, la carte sociale de Sarkozy

le
0
Le ministre d'État se défend de briguer Matignon, mais fait valoir son aptitude au dialogue.

«Nous ne sommes pas dans le football. Il n'y a pas de mercato. Il y a un quinquennat.» Dépêché mardi matin sur Europe 1 pour soutenir la réforme des retraites, Jean-Louis Borloo s'est à nouveau défendu de songer à Matignon. «C'est absolument grotesque», a-t-il soupiré à propos des informations de presse selon lesquelles il se préparerait d'ores et déjà à succéder à François Fillon. Le numéro deux du gouvernement affirme au contraire que «dans les circonstances actuelles, ce n'est pas d'actualité». Une pique à l'adresse de la garde des Sceaux, Michèle Alliot-Marie, qui, en début de semaine, dans Le Figaro, s'est dite «prête» à exercer les fonctions de premier ministre si Nicolas Sarkozy le lui demandait? Sans aucun doute.

 

Un scénario toujours d'actualité 

 

Reste que le scénario donnant Borloo à Matignon à l'occasion du prochain remaniement est toujours d'actualité. Et peut-être plus encore au lendemain des grèves et des mani

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant