Borloo et Copé : petits arrangements en cours

le
1
Jean-François Copé et Jean-Louis Borloo.
Jean-François Copé et Jean-Louis Borloo.

Jean-François Copé, accompagné de Jean-Pierre Raffarin et Jean-Louis Borloo, avec Hervé Morin, se sont vus hier. Le patron de l'UMP avait pour mission de dissuader l'UDI de faire cavalier solitaire aux municipales. Lors des récentes réunions des instances dirigeantes de l'UMP, Brice Hortefeux avait notamment brossé un argumentaire sur le mode : si l'UDI ne rejoint pas l'UMP, Borloo porterait la responsabilité de laisser le FN prendre la première place.Pas besoin de pousser aussi loin la menace, en vérité. Jean-Louis Borloo est, pour sa part, favorable à un rapprochement des listes dès le premier tour des municipales. "On a fait un tour d'horizon en tombant d'accord sur l'idée que là où l'un de nous deux a les meilleures équipes, il mène la liste. Mais on n'a pas parlé de Paris. Notre entretien avec Copé était fortement teinté par le dernier numéro de Valeurs actuelles," assure Jean-Louis Borloo, contacté par Le Point. Le patron de l'UDI fait allusion aux déclarations de François Fillon qui, dans cette publication, s'est dit convaincu d'être en meilleure situation que Nicolas Sarkozy pour représenter l'UMP dans la présidentielle de 2017.Strasbourg, ville de discorde

S'agissant des municipales à Paris, Borloo est, selon ses proches, sur la ligne de passer un accord dès le premier tour. Il agirait sous la pression d'élus UDI (Christian Saint-Étienne en particulier) "convaincus qu'ils ne seront pas réélus sans alliance", glisse-t-on dans...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4189758 le vendredi 11 oct 2013 à 08:23

    JPi - Borloo te trompe pas de cheval: copé-ration n'est qu'un poli tique.