Borloo et Bayrou présentent leur «Alternative»

le
3
Borloo et Bayrou présentent leur «Alternative»
Borloo et Bayrou présentent leur «Alternative»

Ils se sont dit oui. Après plus de onze ans de séparation, Jean-Louis Borloo et François Bayrou ont scellé ce mardi le rapprochement de leurs deux formations, l'UDI et le MoDem, pour les élections de 2014. Objectif : tenter de profiter du désamour dont souffrent à la fois le PS et l'UMP. Les deux leaders centristes ont brièvement présenté une charte officialisant leur union lors d'une conférence de presse conjointe, en fin d'après-midi à la Maison de la chimie à Paris. Nom de leur nouvelle bannière : «UDI-MoDem : l'Alternative».

Ce mariage est «le fruit d'un diagnostic partagé» a commencé Jean-Louis Borloo qui a pris la parole en premier. « Nous avons décidé de rassembler toutes nos forces face à la situation de désespoir et de désespérance de notre pays. L'absence de cap, de lisibilité, de compréhension et les problèmes sociaux exigeaient qu'une offre politique nouvelle soit présentée au Français » a déclaré le chef de file de l'UDI.

«Si la situation de confiance avait été équilibrée, nous ne serions pas là » a pour sa part estimé François Bayrou. «Il est plus facile de rester chacun dans le confort des maisons que nous avons bâties» a expliqué le leader du Modem tombé en disgrâce après avoir voté François Hollande à la présidentielle de 2012. «Les mots ne suffisent plus. On propose des actes et plus seulement des paroles» a-t-il poursuivi avant d'ajouter une note plus personnelle : «Je suis très heureux de ce qui se passe pour des raisons politiques et pour des raisons humaines aussi. J'ai été très heureux de travailler avec Jean-Louis».

Une «douzaine de chantiers» pour «reconstruire» le pays

Les deux responsables politiques ont ensuite détaillé la mission de leur rassemblement : «bâtir un programme de reconstruction nationale». «Nous sommes des indécrottables progressistes, a lancé à la tribune Jean-Louis Borloo, avec son enthousiasme naturel. Nous croyons à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • gjack le mardi 5 nov 2013 à 15:44

    tout est dit : Entre les deux propositions d'une alternative, il n'est pas de milieu.

  • raich2 le mardi 5 nov 2013 à 15:28

    Ils finiront bien par se bouffer le nez. La place de leader un enjeu incontournable pour le futur proche.

  • LeRaleur le mardi 5 nov 2013 à 14:54

    Il s'appellera comme il veut, mais un nul + un nul = deux nuls.