Borloo appelle à défiscaliser les heures supplémentaires

le
0
Borloo appelle à défiscaliser les heures supplémentaires
Borloo appelle à défiscaliser les heures supplémentaires

Le feuilleton continue. Jean-Louis Borlo, président de l'UDI (Union des démocrates et indépendants) a fait savoir ce mercredi qu'il «appuyait sans réserve» la demande de rétablissement de défiscalisation des heures supplémentaires formulée cet été par un député PS, mais dont le gouvernement a assuré mercredi qu'il n'aurait pas lieu. Cette défiscalisation, mesure emblématique du début du quinquennat de Nicolas Sarkozy, a été supprimée en juillet 2012 à l'arrivée de la nouvelle majorité.

L'appel de Borloo

«Depuis maintenant plus d'un an, nous n'avons cessé de demander le rétablissement de cette mesure», écrit l'ex-ministre dans un communiqué. «La fiscalisation des heures supplémentaires votée en juillet 2012 par l'actuelle majorité a frappé de plein fouet le pouvoir d'achat de près de 10 millions de salariés du privé comme du public, a été défavorable à la souplesse et à la compétitivité des entreprises et n'a nullement été créatrice d'emplois», explique-t-il.

«J'appelle le gouvernement à rétablir totalement la défiscalisation des heures supplémentaires ou a minima de suivre les préconisations de ces élus socialistes en rétablissant partiellement la mesure, pour les salariés les plus modestes, par l'introduction d'une franchise fiscale dans le budget 2014, de 1.000 à 1.500 euros pour les salariés qui feraient des heures supplémentaires dans les PME-PMI», a-t-il indiqué.

«Il n'y aura pas de retour en arrière»

La proposition avait été lancée cet été par le député de l'Essonne et porte-parole du groupe socialiste à l'Assemblée Thierry Mandon (PS). Le porte-parole des députés UDI, Jean-Christophe Lagarde, avait alors embrayé et dit son souhait que ce soit voté «très vite». Mais le gouvernement ne «reviendra pas sur la suppression de la défiscalisation des heures supplémentaires», «il n'y aura pas de retour en arrière», a assuré mercredi la porte-parole du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant