Boris Vallaud, mari de l'ex-ministre de l'Education, donne de la voix

le , mis à jour à 11:11
4
Boris Vallaud, mari de l'ex-ministre de l'Education, donne de la voix
Boris Vallaud, mari de l'ex-ministre de l'Education, donne de la voix

En la personne de Boris Vallaud, c'est un fidèle qu'Arnaud Montebourg avait choisi pour invité d'honneur, ce dimanche, à la Fête de la rose, à Frangy-en-Bresse (Saône-et-Loire). Le tout récent député Nouvelle Gauche (PS) des Landes a, en effet, été le bras droit de l'ancien ministre de l'Economie à Bercy après avoir dirigé les services du conseil départemental de Saône-et-Loire lorsque celui-ci en était le président.

 

Mari de l'ex-ministre de l'Education Najat Vallaud-Belkacem, Boris Vallaud fut, à l'ENA, compagnon de promo d'Emmanuel Macron, puis secrétaire général adjoint de l'Elysée entre novembre 2014 et décembre 2016, époque François Hollande.

 

Depuis, celui qui est le porte-parole de la Nouvelle Gauche à l'Assemblée semble avoir trouvé « sa » place sur l'échiquier politique. Il a été l'un des cinq députés socialistes à ne pas voter la confiance au gouvernement d'Edouard Philippe.

 

Membre -- actif -- de la commission des Affaires sociales, le député, héritier de la circonscription d'Henri Emmanuelli, s'est saisi de la réforme du Code du travail pour faire entendre sa voix. « Cette loi devait permettre de bâtir un modèle social susceptible de répondre aux enjeux majeurs de la révolution numérique, de la mondialisation déloyale et de la transition écologique. Or, elle n'y prépare pas du tout le pays, nous confie Boris Vallaud. Au contraire ! Où sont les sécurités nouvelles pour les salariés ? [...] Quid de la gestion des transitions professionnelles ? Le compte personnel d'activité a été enterré ! » Et d'alerter : « Attention à ne pas creuser les inégalités, car elles sont antiéconomiques et pourraient déboucher sur une explosion sociale. »

 

LIRE AUSSI

> Les dossiers chauds du gouvernement

 

Le côté « et à droite et à gauche » d'Emmanuel Macron sonne donc terriblement creux aux oreilles de ce quadragénaire, né à Beyrouth (Liban), dont les parents ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • rodde12 il y a 4 mois

    Il s'est converti? Quoi qu'il en soit c'est toujours la même engeance qui nous dit ce que nous devrions penser. Hollande , Micron l'ENA qui a des profs d'économie tels que F hollande a fait la preuve de son incompétence. Ce n'est qu'une machine à présenter de faux bilans. Etonnez vous que Micron dise que la France n'est pas réformable. Elle ne veut pas de leur soupe , cela ne veut pas dire qu'elle n'a pas faim.

  • M1765517 il y a 4 mois

    né à Beyrouth !

  • M4841131 il y a 4 mois

    bilan 2012/2017 : +450milliards de dette,+ 1 millions de chômeurs, +150 taxes ou impôts de + ou augmentés

  • serval02 il y a 4 mois

    Le mari remplace la femme...Mais pas de changement sur le fond...